YVES FRÉMION - Au Quai Boumeurre (épisode 11) : Fluide-Les 3 Suisses même combat !

30 novembre 2021 0 Actualité par Yves FREMION
🛒 Acheter
  • (Flow de rap) : "Au quai Boumeurre - Où je demeure - Mes souvenirs s’y pressent - Comme pécheresse - À confesse - Ou à la messe... " Les débuts de Fluide Glacial partaient un peu dans tous les sens. Nul ne savait si le journal allait durer, ni quoi y faire sur le long terme. Il était trimestriel au départ, donc pas d’histoires à suivre, Gotlib gardera d’ailleurs cet impératif une fois le magazine passé mensuel. On se cherchait.

Gotlib m’appela pour le n° 4, en s’excusant de ne pas m’avoir appelé dès le départ « parce qu’il ne pouvait pas encore payer les collaborateurs » ! Mais, putain, Gotlib, tu m’appelles ! C’est ça le miracle, le fric je m’en fous, j’aurais payé pour en être ! Mais il était comme ça, toujours dans le genre modeste et culpabilisant sur les bords. Le défi était colossal : être à la hauteur... J’étais à des années lumières non seulement de lui, mais des génies de son équipe, les Alexis, Loup, Solé...

J’essayais plusieurs trucs avant de trouver ma voie... et que le canard dure. J’avais notamment fait un truc incompréhensible aujourd’hui : raconter un congrès du Parti Communiste Français en l’illustrant au premier degré par des images tirées des catalogues de La Redoute, de Manufrance et des Trois Suisses. Du catalogue de Manufrance, j’avais trouvé une image incarnant (à mes yeux) une réunion du Cercle marxiste de la Manufacture des Armes et cycles de Saint-Étienne ; de celui de La Redoute une discussion entre les professeurs Pierre Lille, Paul Roubaix et Jean-Jacques Tourcoing ; de celui des Trois Suisses un scène avec les quatre célèbres mousquetaires. C’était divisé en chapitres, dont le premier s’intitulait « Les invariants du langage idéologico-groupusculaire et les variations du système aéro-référentiel / fonction de représentation des concepts de légitimisation vue d’avion et au pif (gadget) ».

YVES FRÉMION - Au Quai Boumeurre (épisode 11) : Fluide-Les 3 Suisses même combat !

Les autres à l’avenant. Les images : des collections de slips, des hommes et femmes en sous-vêtements, sans compter un ensemble de chaises figurant le Comité central du PCF.

Hilarant ! Si si. Ça s’y prêtait à merveille, le PCF était alors important dans le paysage politique et à condition de savoir tordre les choses. Je savais.
Comment ? (…) Ouais, ta gueule !
Donc, je savais. J’avais fait. C’est dans le n° 4.
Comment ? (…) Ouais ben t’avais qu’à collectionner, mon vieux. Quoi ? Ben t’avais qu’à être né, Ducon !



Donc, ça paraît. Quelques semaines passent et sort le nouveau Catalogue des 3 Suisses, qui était annuel. Stupeur ! Dans une page de présentation d’« une chemise jersey de coupe confortable au prix record de 45 F », un mannequin tient à la main le numéro de Fluide ! On y voit très bien la quatrième de couv’ de Loup. Ah ! Les rigolos… Y a des lecteurs du canard chez les concepteurs du catalogue, et ils renvoient l’ascenseur pour voir si à Fluide y a des lecteurs du catalogue ! Ben, y a, puisque je le sais (sais pas comment).

Du coup, je réitère dans la Gazette du n° 8 en passant l’image et explique que le catalogue a été censuré par un ministre oublié, sous prétexte que le mannequin brandit le Fluide de façon équivoque et porno. Bon, je sais, c’est compliqué sans le voir, c’est pourquoi je vous mets tous les éléments en illustre. En plus, je signe « Gotlib », ben voyons ! L’échange s’arrêtera là. Les Trois Suisses avaient dû se faire repérer par un chef quelconque de chez eux.

Entre les deux, j’avais en effet eu l’idée de faire La Gazette de Frémion. Six pages (au départ, puis ce sera 4), bourrées de conneries, écrites, dessinées, de docs foireux et d’aphorismes, tout ça par plein de gens, connus ou pas. Cela devait durer plus de 30 ans, mais c’est une autre histoire. J’avais proposé l’idée à Diament, patron exécutif du canard en lui disant : « Je vais faire mon journal à moi à l’intérieur de ton journal à toi. Le mien sera gratuit, le tien reste payant. Donc, les lecteurs pourront aller voir leurs kiosquiers, leur demander Fluide, arracher les 6 pages gratos et leur rendre le reste payant. Génial, non ? » Pour une raison qui m’échappe encore aujourd’hui, Diament ne trouva pas la dernière partie de ma proposition géniale. Quel timoré !

(par Yves FREMION)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD