Yiu, T7 : Dernier testament - Par Téhy, Vee & Guenet - Soleil

12 décembre 2009 0 commentaire
  • La terre crache ses torrents de lave, les hommes ne savent plus à quelle religion se vouer pour échapper au désastre annoncé par cette bête de l'Apocalypse ! La conclusion d'une série d'anticipation aussi belle que violente, mais qui restera surtout pour la beauté et la composition de ses planches.

2166. Sur une Terre où le fanatisme et la violence règnent en maîtres, l’incarnation d’un Dieu (ou d’une Bête) fait pleuvoir son message apocalyptique sur le monde : la fin est inéluctable, et personne ne pourra l’empêcher !

Les trois grandes religions œcuméniques ont armé leur meilleure tueuse, Yiu, pour tenter de gagner du temps, voire de pouvoir renverser la vapeur. Pourtant la Bête semble invincible, mais un espoir se forme : elle semble aduler Yiu pour sa violence et sa ténacité. Tentant de forcer la relation, l’ignominie va chercher le frère malade de Yiu, sa seule raison de vivre et de combattre.

Yiu, T7 : Dernier testament - Par Téhy, Vee & Guenet - Soleil
Un combat apocalyptique
Peut-on combattre un Dieu, pour l’amour d’un enfant ?

Yiu est une série fétiche, graphiquement parlant et dans sa construction cimentée. Dès les premières pages parues il y a dix ans, le choc ressenti était important : chaque planche semble être un tableau, où la beauté fait part égale à la fureur et à la violence, le tout dans un mélange de rouge et noir, d’explosion et de noirceur. Le second atout de cette saga hors du commun est sa construction anticipative d’une société mondiale, bâtie autour des religions, et où les attentats, les instruments technologiques, et l’échange d’informations font partie du quotidien.

Après une introduction sous forme d’immersion chronologique dans ce monde barbare et œcuménique, Yiu nous a progressivement conduit dans un combat interminable, où sa volonté et la survie de son adversaire-Dieu semblaient n’avoir aucune limite. Malheureusement, ce manque de rebondissement a retiré peu à peu le sel de cette série, et si les incroyables planches des albums réalisés demeuraient le point focal du lecteur, il faut avouer que l’intérêt commençait à fortement s’émousser. Si cette fin est annoncée depuis le premier tome, elle réserve pourtant son lot de surprises au lecteur, dans cette relecture de l’apocalypse.

Pour les amateurs de la série-mère, cette fin sonne donc partiellement comme une délivrance, la fin d’un long suspense, mais elle signifie également que les scénaristes Téhy et Vee vont pouvoir essentiellement se consacrer aux Premières missions de Yiu, un univers plus riche ... et moins inéluctable !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander le tome 7 de Yiu, Dernier Testament, chez Amazon ou à la FNAC
Découvrez les six premières planches de cet album

  Un commentaire ?