Zodiac Killer – par David, Fino, Dan, Rodier & Morissette – Soleil

7 mai 2007 0
  • Les éditions Soleil lancent une nouvelle collection dirigée par Jean-Luc Istin. Au programme: des one-shots retraçant la biographie de tueurs en série tristement célèbres et des séries fictionnelles. Zodiac Killer, le premier dossier publié, laisse un sentiment mitigé.

Entre 1968 et 1978, près de San Francisco, un tueur en série commet plusieurs dizaines de meurtres. Il revendique ses crimes dans des lettres adressées à la presse en déclarant : « c’est le Zodiaque qui vous parle… J’aime tuer les gens, c’est tellement plus excitant que la chasse. L’homme est le plus dangereux des gibiers ».

Le Zodiac aura occupé la une des médias américains tout au long des années 70 et aura inspiré plusieurs ouvrages et films (Dirty Harry de Don Siegel en 1971, The Zodiac d’Alexander Bulkley en 2005 et enfin Zodiac de David Fincher en salle à la fin du mois de mai 2007). Ce tueur en série ridiculisa la police de San Francisco en envoyant ses courriers et même des messages codés où il prétendait y dévoiler son identité. Trois décennies plus tard, cette énigme n’a toujours pas été élucidée. Même le nombre exact de ses victimes reste flou.

Le scénariste Fabrice David reconstitue plusieurs de ces meurtres en s’appuyant sur quatre dessinateurs. Un unique coloriste, Stambecco, homogénéise les différences de trait de Fino, Dan, Morrissette et Rodier. La cohabitation des quatre graphismes est relativement harmonieuse. Côté intrigue, peu de progression car pour garder l’aspect documentaire, le scénariste limite à ce qui est connu du mystérieux tueur, c’est-à-dire pas grand chose. Du coup pour trouver du rythme, il alterne les points de vue : celui des victimes, celui de la police et celui du tueur. Le résultat s’oriente alors plus vers une simple description des faits que vers un polar haletant. Frustrant.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?