Mathieu Lauffray, directeur artistique de Saint-Ange

19 mai 2004 0 commentaire
  • Le dessinateur de {Prophet}, {{Mathieu Lauffray}}, fait partie de ces auteurs que le cinéma nous envie. Il a réalisé les recherches graphiques de quelques films à gros succès, notamment {Le Pacte des Loups}, {Vidocq} ou encore {Brocéliande}...

Il assume aujourd’hui le rôle de directeur artistique pour Saint-Ange un film avec Virginie Ledoyen et Lou Doillon qui sortira le 23 juin prochain dans les salles obscures. Ce film français est réalisé par un jeune cinéaste, Pascal Laugier. L’histoire, imprégné d’éléments fantastiques, se déroule dans un orphelinat isolé dans la montagne, au début des sixties.

Mathieu Lauffray, directeur artistique de Saint-Ange
La maison

Le résumé du dossier de presse nous met directement au parfum : « De longs couloirs ouverts sur des chambres vides. Des salles d’eau en enfilade. Un dortoir aux dizaines de petits lits métalliques, parfaitement alignés, témoins de la sévérité d’une époque où les enfants y vivaient encore. C’était avant la fermeture. Juste avant qu’un orphelin y perde la vie, une nuit, par accident. Anna, fille fragile et solitaire, a été envoyée là, petite silhouette affairée au nettoyage de la bâtisse déserte. Helenka la cuisinière, femme vive et rationnelle, ne comprend pas son comportement. Et ce n’est pas auprès de Judith, la seule orpheline restée à Saint Ange, qu’elle trouvera de l’aide. Car Anna l’inquiète : elle prétend entendre des bruits de pas. Toutes les nuits. Des chuchotements aussi. Parfois même de petits rires. Helenka a beau lui dire que c’est dans sa tête, Anna n’en démord pas. Il y a des enfants, avec elles, quelque part dans la maison...  »

« Mathieu Lauffray a rencontré Pascal Laugier par l’intermédiaire de la société de production dans laquelle travaille le réalisateur du Pacte des Loups), Christophe Gans. Il lui propose rapidement d’illustrer l’affiche d’un court métrage, 4e Sous-Sol. La production et Pascal Laugier lui proposent ensuite d’assumer la direction artistique de leur nouveau film : Saint-Ange.

C’est un métier qui n’est pas courant dans le cinéma français, explique Matthieu Lauffray. Le directeur artistique fait un véritable travail de création. Il intervient très tôt dans le processus de création visuelle du film. Cette fonction est plus répandue aux Etats-Unis, où le directeur artistique (production designer) prend en charge tout l’aspect visuel du film (choix et création des décors, des costumes, et éventuellement des lumières et des ambiances) ». En France, le réalisateur du film se charge de cette tâche, excepté de très rares réalisateurs à l’instar de Caro et Jeunet. Eskwad et Arp Sélection, Les producteurs de Saint-Ange, ont mal vécu cette délégation à une tierce personne car elle s’intègre difficilement dans la logique de développement actuelle. « Mais c’est un travail qui a tout son sens lorsqu’on joue sur les effets visuels, à l’instar de Christophe Gans ou Luc Besson, sourit le dessinateur de bande dessinée, et dont il serait fort utile de faciliter l’intégration. »

Mathieu Lauffray a donc réalisé des illustrations pour suggérer les ambiances du film : « Des éléments fantastiques introvertis, plus subtils, comme on a pu en voir dans Les Autres ou Le Locataire, explique t’il. Le travail le plus intéressant fut sans nul doute la création des « enfants fantômes". J’ai également déniché la maison avec mon camarade Philippe Harlé, trouvé des costumes et les meubles...  »

Le dessinateur a ainsi passé près de huit mois à ces différentes recherches, retardant d’autant la parution du deuxième album de Prophet (Humanoïdes Associés) et de Proto (un recueil d’illustrations qui paraît ce mois-ci chez Soleil). Le tournage du film a eu lieu en Roumanie, excepté pour les scènes se déroulant dans la maison qui se trouvait en région parisienne. « Je travaillais en relation avec le réalisateur, dit Mathieu Lauffray. Mais je n’ai pas participé au tournage. Je ne suis plus intervenu sur le film dès ce moment là et c’est le chef décorateur Bertrand Seitz (Nid de Guèpes), qui a pris le relais ».

A l’exemple de Stan & Vince, Mathieu Lauffray se partage entre la bande dessinée et le cinéma. «  C’est un média qui me permet de travailler sur les volumes, sur les masses, explique t’il. C’est très agréable de voir ainsi son dessin en trois dimensions - avec des vrais décors et des vrais personnages -, sur lequel se greffe une dramaturgie ».

Le personnage d'Anna

Différentes illustrations de Saint-Ange sont visibles dans Proto. L’auteur travaille actuellement sur le troisième album de Prophet, et n’en oublie pas pour autant le cinéma : « J’ai dessiné différentes recherches graphiques et peintures pour la préproduction de Rahan (adapté par Christophe Gans). J’ai notamment travaillé avec Cassegrain (Le dessinateur de Tao Bang, chez Delcourt) ».

La couverture de Proto

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Visitez le magnifique site de Lauffray

Lire un extrait de Prophet T2

Des photos et une bande annonce du film sont disponible sur le site d’ARP Selection

les illustrations sont (c) Lauffray, Eskwad & Arp Sélection

  Un commentaire ?