dBD n °60 : Un parfum de nostalgie

20 février 2012 0 commentaire
  • Après les fastes d'Angoulême et ceux de la remise des dBD Awards la revue de Frédéric Bosser revient sur l'actualité BD de ce début d'année et quelques flashs-backs sympathiques

En couverture, le retour de Sasmira de Laurent Vicomte et Claude Pelet (Glénat) confirme la couleur nostalgique de ce numéro de février.
La publication du second tome de la fameuse série devenue culte et grand succès des années 1990 voit sa suite paraître ces jours-ci. DBD saisit donc l’occasion pour consacrer une large place à cet événement éditorial peu commun. À l’heure où certains éditeurs enchaînent séries et déclinaisons tous azimuts le phénomène « Sasmira » soulève questions et curiosité. Frédéric Bosser dans un entretien avec Laurent Vicomte revient sur les mésaventures d’une série pas moins originale et atypique que son auteur : « Je serais éditeur, cela ferait longtemps que j’aurai envoyé balader un auteur comme moi » dit-il. Gasp !

Angoulême, c’est bien fini ! Le festival dont Actuabd vous a rendu compte avec force détails vient de fermer ces portes. Henri Filippini dans sa traditionnelle séquence « je me souviens » revient sur les premières éditions de ce qui était amené à devenir l’un des festivals les plus célèbres du monde.
Un retour en arrière très imprégné de nostalgie, voire de regrets mais aussi un rappel pédagogique fort utile pour rappeler aux plus jeunes (et aux autres !) l’histoire de ce rendez-vous très improvisé devenu au fil des ans une énorme machine avec son lot de déboires éditoriaux et politico-financiers. But… The show must go on, n’est ce pas ?

Les amateurs qui ne se satisferaient pas de ce numéro où l’on croise également Bastien Vivès (Les Melons de la colère, les Requins Marteaux) , Clarke (Nocturnes, Lombard) ou le tandem Oubrerie-Birmant (Pablo T1, Dargaud) trouveront dans le hors série qui parait simultanément un complément de lecture de poids et de choix.

dBD n °60 : Un parfum de nostalgie

C’est désormais une tradition, chaque année la revue publie avec ce hors série un bilan de l’année écoulée. Moins technique que le travail de Gilles Ratier avec l’ACBD et sans doute plus proche de l’autopromotion (une large place étant consacrée à la cérémonie et au classement des dBD Awards). ce bilan est complété d’enquêtes-interviews qui reviennent sur les principaux événements de l’année.

Outre un entretien un peu convenu avec Uderzo, on retrouvera l’équipe de Charlie Hebdo, peu après l’incendie de leurs locaux et l’incorrigible Siné qui revient sur son aventure éditoriale de l’année .

Les « kids » (version « fils de » appliquée à la BD) sont à l’honneur avec Gastoon, Gnomes de Troy et autres Petit Spirou ; tout comme Sergio Bonelli, l’éditeur italien qui nous a quitté en 2011.

On s’attardera sur un intéressant tour d’horizon des jeunes éditeurs révélés cette année. D’ Olivier Petit (Petit à Petit) à Marie Moinard (Des Ronds dans l’O) en passant par Vincent Henry (Boîte à Bulles) ou Loïc Dauvilliers (Charrette), cet article témoigne de la belle vitalité du médium en ce début 2012.

Il n’y a pas que la nostalgie !

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Dbd n°60 8,90€ et le HS n°8 « Bilan 2011 » en vente partout 8,90 et 10€.

  Un commentaire ?