dBD n° 130 : Nostalgie et changement d’une époque !

12 février 2019 0 commentaire
  • La presse va mal ! Derrière ce doux euphémisme se cache une crise profonde dans laquelle les magazines de bande dessinée sont en première ligne.

Mauvais début d’année qui voit disparaître successivement l’historique Psikopat, et son cadet Lanfeust Mag. Après deux décennies de bons et loyaux services le journal créé par Carali au début des années 80 se voit contraint de cesser de paraître. À quelques semaines d’écarts, c’est au tour de Lanfeust Mag d’annoncer à ses lecteurs la fin d’une aventure née en 1998 sous les auspices de Christophe Arleston, Dominique Latil et Mourad Boudjellal.

Frédéric Bosser se penche avec compassion et confraternité sur un phénomène éditorial qui tend de plus en plus à se banaliser. C’est aussi l’occasion d’une rencontre avec Christophe Arleston, un entretien où il évidemment davantage question des nouveaux projets du scénariste passé tout récemment chez Bamboo. Fortement impliqué dans une nouvelle aventure nommée Drakoo chez Bamboo, un label placé sous l’angle de l’héroïc Fantasy, le scénariste délivre quelques détails sur ce projet.

Autre transfuge de la maison soleil, Tarquin commente généreusement la genèse de sa nouvelle série UCC Dolores, démontrant à sa manière qu’il y a une vie après la disparition de la revue, vivier de toute une génération d’auteurs. Et même si ce numéro fleure bon la nostalgie avec les souvenirs de lecture de Charlélie Couture ou les regrets de Frédéric Bosser (« Ramenez-nous de la gaité » !!!) la vivacité du medium reste évidente à travers quelques pépites présentées quelques pages plus loin.

On remarquera notamment les Ogres dieux du duo Hubert et Gatignol avec son lot de vignettes magnifiques en illustration. On s’attardera aussi sur l’article consacré à la belle collection Métamorphose décrite et racontée par sa directrice Barbara Canepa.

Un peu de douceur dans un monde de brutes ?

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?