dBD n° 132 : Visions d’Histoire !

12 avril 2019 0 commentaire
  • À partir de trois événements éditoriaux, dBD nous invite à revisiter notre histoire suivant trois points de vue bien singuliers mais qui ne laissent pas indifférents.

Quand Jean-Piere Gibrat adopte une approche très politique et fort documentée, Jef et Kotlarek vont chercher dans l’histoire nationale les raisons des problèmes actuels en compagnie d’un philosophe très médiatique. Et même en relisant les Cités obscures, n’est-ce pas d’abord un moyen pour ses auteurs, par le recours à une uchronie parfaitement maîtrisée, une manière de nous parler de nous et de notre monde ?

En consacrant sa une à Jean-Pierre Gibrat, les rédacteurs de dBD ont choisi de ne fâcher personne ou que peu de monde ! Cet auteur sympathique, connu et reconnu et néanmoins talentueux, a la capacité de faire l’unanimité, ne serait-ce que par la qualité d’un travail qui associe une démarche artistique séduisante et un propos historique exigeant. Du Sursis paru dans la collection Aire Libre chez Dupuis à la série Mattéo (Futuropolis) ou Les Gens honnêtes (avec Christian Durieux), le père du Goudard des années Pilote est parvenu à s’inscrire parmi les auteurs les plus en vue du moment.

Juste retour du talent et du succès, ses travaux font désormais les beaux jours de galeries et expositions et se trouvent réunis dans un splendide artbook publié par le galeriste Daniel Maghen. Frédéric Bosser, dans son billet d’humeur, ne tarit pas d’éloge et rappelle à juste titre qu’il serait bien temps de le reconnaître comme l’un des auteurs majeurs du neuvième art. Rendez-vous à Angoulême ?

Quelques pages plus loin, c’est dans un long entretien avec Peeters et Schuiten que la revue revient sur une aventure éditoriale hors du commun qui aujourd’hui encore possède toujours autant de force. La sortie de la dernière intégrale des Cités obscures fournit l’occasion de rappeler l’évolution d’une des séries les plus inventives de la franco-belge. Née dans la revue (À SUIVRE), les Cités ont par les sujets abordés, la psychologie des personnages et leur audace graphique posé les jalons d’une bande dessinée adulte par son propos et son exigence.

Autre curiosité : le projet initié par Jef et Kotlarek avec le philosophe Michel Onfray, reprenant l’histoire de France de 1945 à nos jours. Un défi éditorial qui traduit un profond engagement des auteurs dans l’aventure de ce que l’on peut qualifier de « contre-histoire », malgré son titre (Une histoire de France, publiée au Lombard. Loin de la bande dessinée historique de facture classique, ce premier album renouvelle l’approche par une démarche narrative inédite. Une série dont l’intention avouée est de rechercher l’origine des maux de notre société actuelle et qui revisite une fresque familiale et ses zones d’ombre.

Bien entendu, la revue est toujours aussi éclectique avec des représentants de la nouvelle génération d’auteurs parmi lesquels Timothé Le Boucher, Vincent Djinda ou Alfonso Zapico. Sans oublier une belle enquête sur la nouvelle génération de la bande dessinée turque à travers quelques-uns de ses principaux représentants. À découvrir.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

dBD n°132 d’avril 2019, en vente partout. 8,90€

  Un commentaire ?