Newsletter ActuaBD

dBD n° 78 : BD et potions magiques !

  • Rien d’étonnant à ce que face au "tsunami gaulois" qui se répand un peu partout dans les médias et dans les librairies, dBD consacre aussi sa couverture au retour d’Astérix .

Difficile en effet pour le magazine de Frédéric Bosser d’ignorer ce qui constituer sans aucun doute l’événement éditorial de l’année. La difficulté de l’entreprise réside d’abord dans un traitement original et inédit du sujet. Si certains titres de la presse magazine privilégient des approches « un peu périphériques » (la géographie pour la revue Géo et les aspects historiques pour l’hebdomadaire Le Point), le mensuel a choisi de donner la parole aux nouveaux auteurs de la saga.

À l’arrivée, cela donne une approche technique et personnelle nourrie des interviews de Jean-Yves Ferri et Didier Conrad. Un angle résolument bienveillant auquel manque peut-être un regard critique...

Loin de l’humour gaulois, le dessinateur Bernard Cosey a su construire une œuvre originale sans jamais rien céder sur ses choix artistiques. Invité d’honneur du festival Bd Boum de Blois le père de Jonathan fait l’objet d’un beau portrait dans les pages du magazine.

Loin des combats âpres et virils de nos ancêtres, François Begaudeau et Annie Goetzinger sont également au rendez-vous de ce numéro, chacun dans un style différent.

L’écrivain médiatique y décrit son arrivée dans le monde des bulles à la faveur d’un album dessiné par Clément Oubrerie paru chez Delcourt (Mâle occidental contemporain). L’album de BD faisant apparemment désormais figure d’élément indispensable à la bibliographie de tout intellectuel parisien. À moins qu’il ne s’agisse d’une recette (ou d’une potion) magique pour tout éditeur en recherche de succès...

Tout autant parisienne mais sans doute plus discrète Annie Goetzinger a choisi de nous dévoiler ici les secrets de fabrication de son dernier album, Jeune fille en Dior chez Dargaud, peinture réaliste et totalement maîtrisée d’un des créateurs les plus célèbres des années 1960-1970. Une nouvelle occasion de vérifier que l’amour du beau a toujours guidé la démarche singulière de cette auteure.

L’Uchronie serait-elle la nouvelle potion magique de la BD des années 2010 ? À l’aide d’un riche dossier érudit et passionnant, Philippe Peter dresse un inventaire dense et documenté de ce qui s’est désormais affirmé comme un genre incontournable. Une immersion dans un phénomène éditorial plus riche et plus varié qu’il n’y paraît à première vue.

Pas de potion magique pour les chasseurs supersoniques, ni pour l’infatigable Buck Danny qui, à l’image de notre sympathique Gaulois, reprend du service en cette période de rentrée. La sortie d’un nouvel album produit par un nouveau duo d’auteurs ( Zumbiehl et Winis) donne l’occasion à Henri Filippini de revenir sur l’épopée éditoriale du pilote américain.

Baudoin, Hyman et Joseph Lambert figurent aussi au sommaire de ce numéro riche en infos et accompagné d’un toujours aussi copieux cahier de chroniques.

Fidèle à la tradition, c’est le même Filippini qui conclut ce numéro avec un billet qui hésite entre nostalgie, émotion et règlement de comptes à peine feutrés. 45 ans que l’homme anime, défend et scrute l’évolution de son médium préféré. Encore un qui est tombé dedans quand il était petit !

Voir en ligne : Le site de dBD

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En kiosque et en librairie.

 
Newsletter ActuaBD