Presse & Fanzines

dBD n°166 : Sortir des rails !

Par Patrice Gentilhomme le 14 septembre 2022                      Lien  
Non, la dernière couverture du magazine ne concerne ni les dernières offres de la SNCF ni un plaidoyer pour les vertus écologiques des voyages en train !

En cette période de rentrée, le choix de dBD s’est porté sur des auteurs qui ont pris les chemins de traverse plutôt que de suivre le rail d’une production trop Meansteam ou trop convenue.

Ainsi, retrouve-t-on au sommaire de ce numéro de septembre, une famille d’artistes qui n’ont pas hésité à adopter un style graphique personnel et une narration souvent bien singulière.

dBD n°166 : Sortir des rails !

Qu’il s’agisse d’Alison Bechdel (Le secret de la force surhumaine, Denoël Graphic), de Pierre Henry Gomont (Après la chute, Dargaud), d’Alex WInker (Colorado Train, Sarbacane) ou de Quentin Zuttion (Toutes les princesses meurent après minuit, Le Lombard) chacun a su s’imposer à travers des ouvrages parfaitement originaux et une démarche personnelle.

Ni avant-gardistes forcenés, ni représentants d’un quelconque courant ou mouvement, ils participent néanmoins à la diversité et la richesse éditoriale du médium.

Outre une couverture toujours aussi large et exhaustive de tout ce qui fait l’actualité du moment, dBD s’attarde aussi sur d’autres auteurs, Jim Bishop d’une part, qui mêle rêve et réalité dans l’Ami Pierrot (Glénat) et d’autre part le livre-enquête du journaliste Sylvain Tronchet en collaboration avec Élodie Guéguen et Erwann Terrier. Ce dernier explorant "l’arrière-cuisine" de nos partis politiques dans Très chers élus coédité par Decourt et la Revue Dessinée.

On ne peut que se réjouir de ce choix de s’être éloigné (peut-être momentanément !) des productions ouvertement commerciales pour braquer les projecteurs sur ces nouveautés. Mais n’est-ce pas là en définitive la raison d’être de cette presse ? À la fois d’aider l’amateur à se repérer dans le raz-de-marée éditorial, qui accompagne désormais chaque rentrée littéraire, tout en valorisant certaines productions souvent menacées de passer inaperçues.

La presse écrite va mal, et les magazines n’échappent pas à cette crise. Née en partie dans les journaux, la bande dessinée doit son histoire et son développement à la "presse sur papier". Presse et Bd ont un héritage commun, il n’est ni inutile, ni trop tard de s’en souvenir !

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

dBD n°166 de septembre, en vente partout 8.90€

dBD 🛒 Acheter 📖 Feuilleter  
PAR Patrice Gentilhomme  
A LIRE AUSSI  
Presse & Fanzines  
Derniers commentaires  
Newsletter ActuaBD