dBD n°23 : Bande Dessinée et Figuration Narrative

22 mai 2008 2 commentaires
  • Ce titre était celui d'une des premières expositions majeures de la bande dessinée en France, il y a 40 ans. Elle faisait le lien entre la BD et un certain mouvement pictural qu'il n'est pas encore trop tard pour découvrir dans un nouveau numéro de dBD qui sort des sentiers battus du moment!

Évitant l’incontournable couverture sur les évènements de 1968, dBD réussit à créer la surprise ! Laissant à d’autres le soin de se complaire dans la commémoration et la nostalgie facile, le magazine met en avant l’exposition consacrée à la Figuration Narrative qu’accueille le Grand Palais jusqu’au 13 juillet 2008.

Mouvement artistique majeur des années 1960, influencé par le Pop Art et usant d’un réalisme formel, ce courant fut l’un des rares à chercher à établir des ponts avec la BD en voie de reconnaissance à l’époque. Dignes représentants de cette tendance Rancillac, Voss, Boirond figurent parmi les artistes invités à confronter leur point de vue à ceux de Bilal, Druillet ou des rescapés de Bazooka, groupe mythique promoteur de la dictature graphique vers la fin des années 1970.

En complément de ce volumineux dossier qui tente d’éclaircir les relations entre art et BD, on appréciera aussi les avis autorisés de Floc’h ou de Hervé Di Rosa.

À la question posée en couverture : la BD est-elle un art ? chacun apporte une vision personnelle et souvent originale qui contribue à rendre la lecture de ce dossier intéressante et fort instructive.

Des cercles artistiques branchés à Boboland il n’y a qu’un pas... allègrement franchi par deux illustres connaisseurs ! La sortie du dernier album de Dupuy et Berberian permet de faire le lien entre deux mondes qui se connaissent sans parfois se reconnaitre ! Dans l’entretien qu’ils ont accordé à Frédéric Bosser, les deux compères ne se limitent pas à la promotion de leur dernier opus mais en profitent aussi pour nous livrer leurs impressions sur ce que d’autres ont appelé le microcosme. Les présidents du futur festival d’Angoulême pousseront-ils l’audace à épingler les bobos charentais en janvier prochain ? Le suspense reste entier !

Jean Teulé est une sorte d’OVNI de la bande dessinée ! Homme attachant et artiste à la démarche singulière, cet auteur peu médiatisé, incroyable touche à tout s’est fait connaître à la télévision, reconnaitre comme écrivain, mais reste sans doute trop ignoré comme l’un des créateurs les plus originaux de la BD des années 1980. Collaborateur de la revue À suivre ou de l’Écho des Savanes (première époque) Jean Teulé a su associer un discours provocateur à l’humour acide et un traitement graphique sans équivalent. Un auteur à (re)découvrir à travers la petite dizaine d’albums produite entre 1980 et 2005 et la généreuse interview qui lui est consacrée ici.

Alors, rien sur 68, direz-vous ?

Ce serait évidemment sans compter avec Henri Filippini, convié à nous brosser un portrait du monde des bulles de ces années là.
Tout en précisant que Mai 68 n’a pas révolutionné le neuvième Art (mais non !), "l’éditorialiste historique" rappelle qu’en ce temps-là, on parlait plus d’illustrés que de BD, que les albums étaient bien rares, que les petits formats régnaient en maîtres sur un créneau populaire et bon marché face à des revues qui traversèrent de manière bien conformiste et routinière cette période si agitée. Une vision iconoclaste qui a le mérite de trancher avec la fièvre commémorative et nostalgique du moment !

Après 68, la vie continue : Sfar et sa Croisette, Pascal Croci accompagné de son Dracula , Nathalie Ferut et les lettres d’Agathe ou Jean-Charles Kraehn pour Bout d’homme sont aussi au sommaire de ce numéro.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

dBD n° 23 en vente partout 8,90 €

 
Participez à la discussion
2 Messages :