dBD n°92 : Le Bal des reprises

4 avril 2015 11 commentaires
  • Coups marketing en direction des quinquas nostalgiques et vieillissants ? Nouveaux sursauts répondant à une réelle demande ? Tentative de faire connaître (et reconnaître) certains classiques à une nouvelle génération de lecteurs ? Certains éditeurs ont donc entrepris de « dépoussiérer » quelques-unes de leurs séries vedettes un peu oubliées ces dernières années. Reboot, reprises, réédition… Les éditeurs hésitent entre recyclage et reprises...

Bob Morane, Ric Hochet, Corentin… Parmi tous ces héros qui firent les beaux jours de presse BD des années 1970, certains sont tombés dans l’oubli, et d’autres, bien que toujours là, doivent évoluer pour durer. Partant du principe que les vieilles recettes ne sont pas les moins mauvaises, les éditions du Lombard, notamment, ont donc choisi de redonner un coup de jeune à quelques-unes de leurs séries historiques.

Ric Hochet revient sous le crayon d’un nouveau dessinateur Simon Van Liemt sur un scénario du très prolifique Zidrou. Le fringant journaliste à la veste en pied de poule, né de l’imagination de Tibet et Duchateau, à al fin des années 1950, reprend donc du service tout en restant fidèle à l’esprit de la série.

La qualité de la reprise de Chlorophyle du génial Macherot par le non moins talentueux Zidrou est de bon augure. Nous vous en parlions récemment dans nos pages.

Luc Brunschwig , Aurélien Ducoudray et Dimitri Armand ont pour leur part repris en main le destin du célèbre Bob Morane. « Le roi de la terre » a subi un sacrée cure de rajeunissement ! : nouveau look, nouveaux terrain de jeux, plus proche du Dark Knight de Christopher Nolan que celui du créateur original Henri Vernes, c’est à un véritable reboot de la série des années 1960 que se sont livrés les trois auteurs. À vérifier dans les bacs très bientôt !

Afin d’éclaircir les raisons de cette entreprise, Frédéric Bosser n’a pas manqué de solliciter le maître d’œuvre de ce « bal des reprises » ; Gauthier Van Meerbeck, directeur éditorial du Lombard. Ce dernier décrit ce qui s’apparente à une stratégie qui ne doit rien à l’improvisation. Dans le sillage de Thorgal ou du mythique Corentin (de Cuvelier), on annonce également le retour de Clifton, le flegmatique colonel de la R.A.F. avec toujours au scénario Zidrou , (décidément incontournable) et dessiné par Turk, (repreneur de la série avec De Groot en 1970) . Si le succès est au rendez-vous, nul doute que ce mouvement devrait s’accélérer et s’étendre à d’autres maisons.

Ces reprises qui tiennent parfois du recyclage mythique sinon écologique peuvent d’ailleurs prendre d’autres formes ; c’est à celles, plus généreuses, de la séduisante Natacha qu’Henri Filippini semble plus attaché. L’hôtesse de l’air la plus sexy de la BD franco-belge fait un retour éditorial remarqué à l’occasion de ses 45 ans ! Une reprise dont les amateurs ne se plaindront pas !

Reprise moins conventionnelle que Rose profond (Casterman). Un album presque passé inaperçu en son temps et qu’une opportune réédition remet au gout du jour. Michel Pirus revient sur la genèse de cette face cachée de Mickey écrite par Jean-Pierre Dionnet. Une reprise plus Rock’n’roll que nostalgique et convenue !

Voir en ligne : Le site de dBD

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Dbd n°92 en vente partout, 8,90€

 
Participez à la discussion
11 Messages :
  • dBD n°92 : Le Bal des reprises
    5 avril 2015 10:33

    Il n’y a pas que des raisons marketing ou de nostalgies des quinqas vieillissants…certes le taux de vente est un critère incontournable..Toutes ces séries font partie des classiques, et de la culture BD (d’une grande époque, révolue aujourd’hui dans la surproduction actuelle).
    La vrai question est : vaut il mieux des repreneurs de séries ou des nouvelles séries, pales copies des "classiques"….???? Personnellement mon choix est fait….

    Répondre à ce message

    • Répondu par Mikekafka le 6 avril 2015 à  11:02 :

      Perso j’ai souvent été déçu par les bd’s de bob morane qui étaient des "copiés/collés" des romans de Vernes. Tout scénario de roman ne survit pas à l’image et surtout nécessite un très bon travail de la part du scénariste . Vernes est un bon romancier mais un mauvais scénariste bd. Donc oui ! j’attends avec impatience la nouvelle bd de Bob Morane.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 6 avril 2015 à  20:23 :

        ok mais bon..ici on parle d’adaptation de roman en BD….et pas d’une reprise d’une BD déjà existante ou encore une nouveauté pale copie d’une série classique. personnellement, je n’ai rien contre les nouveauté pour peu qu’elles apportent qq chose de nouveau...

        Répondre à ce message

  • dBD n°92 : Le Bal des reprises
    8 avril 2015 12:30, par Oncle Francois

    Je préfère encore le bal des reprises au bal des débutantes... Là, au moins, la tradition se concilie à la qualité et à la nostalgie d’une ère révolue. Les albums se lisent agréablement et apportent le quota minimum d’évasion et de détente.

    Répondre à ce message

  • dBD n°92 : Le Bal des reprises
    9 avril 2015 09:08

    Une reprise de Natacha ??? Quelle reprise ? François Walthéry a passé la main ? Il abandonne sa série ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pol le 9 avril 2015 à  16:01 :

      Les derniers sont effrayants de médiocrité.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Richard (Teljem) le 11 avril 2015 à  18:56 :

        Si les auteurs devaient passer la main quand leur dessin devient médiocre, ils seraient tous à la retraite à 50 ans.

        Répondre à ce message

  • dBD n°92 : Le Bal des reprises
    10 avril 2015 23:23, par Laurent Colonnier

    Le problème avec les reprises, reboot, spin-off, c’est que ça bouche l’horizon. Ces bouquins prennent toute la place sur les étals, les linéaires, les têtes de gondoles, les magazines et journaux (les journalistes aiment parler de ce qu’ils connaissent déjà, c’est plus facile) et ne laissent que la portion congrue aux nouveautés inédites, aux auteurs originaux, aux albums sans pédigrée.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Duplomb le 11 avril 2015 à  02:46 :

      Certes les reprises prennent de la place, mais elles amènent le grand public à se remettre à lire de la BD, et certains continueront sur leur lancée. La quasi-totalité des lecteurs de BD commencent par les grandes séries, avant de se tourner pour certains (pas tous) vers de la BD d’aujourd’hui plus confidentielle. Peut être qu’au contraire ces reprises apportent des lecteurs aux nouveautés inédites et aux auteurs originaux.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Denis le 11 avril 2015 à  16:38 :

        vers de la BD d’aujourd’hui plus confidentielle

        La BD d’aujourd’hui n’est pas confidentielle ! Riad Sattouf, Nury, Sfar, Zep, Lou, les Profs, c’est confidentiel ça ?

        Répondre à ce message

        • Répondu le 11 avril 2015 à  20:11 :

          il n’est écrit nulle part "la BD d’aujourd’hui est confidentielle." Relisez.

          Répondre à ce message