dBD n°93 - Super-héros made in France !

20 mai 2015 6 commentaires
  • À l’occasion des sorties récentes du "Nyctalope", du "Garde républicain", de "Masqué", des "Sentinelles" ou de "l’Intrépide", la rédaction de dBD a choisi de nous faire faire un tour d’horizon de l’univers des super-héros à la française.

Certains seront peut-être surpris d’apprendre à cette occasion que nous fûmes en Europe, parmi les premiers à introduire ce type de personnage dans l’imaginaire collectif.

Pour étayer sa démonstration, Philippe Peter prend appui sur l’ouvrage de Xavier Fournier édité chez Huggin et Muninn, Super-héros, une histoire française.

Si le fait de savoir que ces surhommes ne sont pas nés en Amérique mais en France peut flatter l’égo de certains esprits cocardiers, le mérite de cet article très complet est aussi de montrer l’extraordinaire dynamisme de ce qui peut faire l’objet d’un genre à part entière : le superman bleu, blanc rouge !

Dans la foulée de glorieux ainés tel que le Vengeur masqué, Atomas ou Super boy, ce genre affiche une santé remarquable et peut –être… insoupçonnée ! Les grosses productions américaines, récemment remises en selle grâce à des adaptations cinématographiques plus ou moins heureuses auraient tendance à occulter que toute une nouvelle génération d’auteurs réussit à s’approprier ce type d’histoire, souvent avec talent et inventivité.

Attoneen, Fox Boy ou les Vigilantes figurent parmi les séries qui, sans forcément renier des influences d’outre-Atlantique, semblent désormais s’inscrire dans une filiation née des romans populaires de la fin du XIXe siècle.

Superdupont (dont la reprise par François Boucq est officiellement annoncée), Captain Biceps et les autres peuvent être tranquilles : la relève est assurée !

Le costume de super-héros est évidemment bien trop grand pour les auteurs. Qu’il s’agisse d’Uderzo , de Mathieu Sapin ou de Dominique Rousseau, dBD, à l’aide d’interviews grands formats, nous permet de découvrir derrière ces créateurs reconnus, des êtres humains faits de doutes, d’interrogations, mais aussi de joie et d’enthousiasme. Ce n’est pas le moindre mérite de la revue de nous faire découvrir une face souvent peu ou mal connue des auteurs.

Nostalgie d’un Jano (The four roses, Futuropolis) rescapé des années 1980, retour sur l’itinéraire déjà riche de la dessinatrice Edith (Le jardin de Minuit, Soleil), ou rencontre avec une jeune romancière passionnée de BD comme Carole Martinez (Bouche d’Ombre, Lucie 1900 avec Maud Begon, Casterman), ce nouveau numéro dBD offre l’occasion de belles rencontres et propose un panorama complet de l’actualité du moment.

Dans ce numéro de mai, on croise également un grand amateur de bulles : l’humoriste François Morel. Entre deux spectacles, une chronique et un livre en préparation, l’homme des Deschiens, amateur éclairé, confie non seulement ses goûts, ses choix mais aussi ses rencontres et ses amitiés avec le monde de la bande dessinée. Presque un travail de super-héros... à la française !

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Dbd N° 93, en vente partout, 8,90 €

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • dBD n°93 - Super-héros made in France !
    30 mai 2015 09:18, par Manu

    Il est très mal fait le dossier super-héros à la française, il manque le plus connu, celui qui a connu un vrai succès : Supermatou de Poirier qui fit les heures de gloire du Pif des années 70, plusieurs millions d’exemplaires chaque semaine, dBD est sûrement trop snob pour s’intéresser au travail du grand Poirier.

    Répondre à ce message

    • Répondu par MD le 1er juin 2015 à  19:50 :

      Je suis sûr que Henri Filippini connait bien Pif-Gadget et l’excellent Poirier...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Belin le 2 juin 2015 à  19:05 :

        C’est de loin le super héros français le plus connu avec Super Dupont.

        Répondre à ce message

        • Répondu par richard le 3 juin 2015 à  02:25 :

          Et Fantax, c’est de la daube, peut-être ?

          Répondre à ce message

          • Répondu par mmarvinbear le 3 juin 2015 à  14:36 :

            Et Photonik ? Vous l’avez oublié ?

            Répondre à ce message

    • Répondu par Philippe Peter le 17 juin 2015 à  17:08 :

      Point de snobisme là-dedans. Je ne vois d’ailleurs pas en quoi cet "oubli" serait snob (parce que Pif était un journal communiste ? c’est bien mal me connaître...). Supermatou, de même que Photonik et Fantax (merci de m’informer de l’existence de ces personnages, je suis décidément vraiment né de la dernière pluie huhuhu) ne figurent pas dans ce dossier car celui-ci traite uniquement des nouveaux super-héros français ; ceux créés grosso modo durant la dernière décennie. C’était l’angle de l’article. Les premiers, les historiques, de même que ceux lancés par les éditions Lug feront peut-être un jour l’objet d’un autre article. Mais c’est en tout cas une autre histoire...

      Répondre à ce message