dBd n°36 : Une rentrée chaude et …coquine !

18 septembre 2009 5 commentaires
  • Après nous avoir proposé cet été de ne pas bronzer idiot, le magazine nous invite à changer de registre (quoique !) avec une rentrée classée X.

Depuis quelques temps, on assiste à un retour en force de la bande dessinée érotique sur les rayonnages de nos librairies. Si le genre n’avait pas totalement disparu ce retour est particulièrement sensible depuis l’arrivée des éditions Delcourt sur ce créneau. Après le succès de Premières fois et de Filles perdues d’Alan More l’éditeur enchaîne avec la mise en place d’une collection titrée : Erotix, au logotype explicite. Le catalogue devrait s’ouvrir à des auteurs aussi divers que Magnus, Crepax ou…Zep.

Il n’en fallait pas plus pour que Henri Filippini, (auteur notamment d’une encyclopédie de la BD érotique, régulièrement rééditée) et Frédéric Bosser prennent, si l’on peut dire, les choses en main et... s’étalent sur le sujet dans un volumineux dossier abondamment illustré, comme il se doit !

On ne vous rappellera pas ici que la BD ne se limite pas qu’à des histoires à gros nez, ce n’est pas d’hier que le médium aborde des sujets adultes ou graves. Les violences faites aux femmes demeurent un sujet difficile qui a été néanmoins jusqu’à maintenant peu traité. A la faveur de la sortie de l’ouvrage de Marie Moinard dBD jette un coup de projecteur sur cette nouvelle BD militante.

L’infatigable Convard figure au sommaire de ce numéro pour une nouvelle série : les aventures de Kaplan et Masson, mettant en scène un duo qui fait irrésistiblement penser à un autre couple célèbre des années cinquante, l’Espadon en moins !

Comme à son habitude, le magazine fait la part belle aux auteurs en vue du moment (certains diront en promotion, mais bon…) : Marc-Antoine Mathieu et son Dieu en personne (Delcourt) y sont accueillis très généreusement (8 pages), tout comme Mandryka et son nouveau Concombre masqué paraissant chez Dargaud et Jigounov (pour un nouveau cycle des aventures d’Alpha) sont donc au rendez-vous de ce nouveau numéro de la revue.

Ce numéro se termine par un coup de cœur de l’incontournable Filippini pour Jean Trubert, auteur injustement reconnu (par ailleurs sujet d’un bel article dans le dernier Période Rouge)
et un coup de sang du même Filippini à propos du dernier numéro de Pilote jugé trop racoleur et pas assez fidèle à l’esprit initial de la revue mythique. Mais ça, nos lecteurs le savaient déjà.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • dBd n°36 : Une rentrée chaude et …coquine !
    19 septembre 2009 22:48, par Votre gentil Oncle François !

    Un numéro magnifique (pour une fois) qui rend enfin hommage à la BD de charme, si importante pour tous les hommes de bonne volonté. J’en recommande ardemment la lecture aux collectioneurs débutants et aux lecteurs libertins. Sensuellement bédéphilement votre !°)

    Répondre à ce message

  • Petit conseil pour les résidents de Belgique : ne vous abonnez pas. Vous risqueriez d’avoir à réclamer votre DBD chaque mois, ou de le recevoir au compte-goutte... si vous avez la chance de le recevoir du moins ! Moi, j’attends toujours les 2 derniers numéros... malgré plusieurs réclamations désespérées et restées sans réponse aucune.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois : journaliste BD débutant qu’à faire !°) le 22 septembre 2009 à  21:48 :

      Hum, moi-même j’envisage d’envoyer une suggestion d’article (voire un article, bien écrit par votre humble serviteur sur un sujet important de la BD traditionnelle). J’ose espérer obtenir une réponse de Monsieur Bosser, sinon, je serai contraint d’envoyer mon article à Case Mate, concurrent principal de DBD dans les kiosques à journaux !! Ah mais !!

      Répondre à ce message

    • Répondu par jpa le 23 septembre 2009 à  16:14 :

      je ne peux malheureusement que confirmer ce conseil !
      Il semble que DBD ne réponde pas au courrier venant de Belgique.
      Il y a un peu plus d’un an, je me suis abonné à Bo-Doï.
      Malchance, je n’ai reçu qu’un seul numéro et puis ce fut la faillite.
      J’ai lu ensuite avec bonheur que DBD reprenait le fichier des abonnés Bo-Doï et servirait le nombre de numéros manquants.
      J’ai attendu.
      Je n’ai rien vu venir.
      J’ai écrit il y a huit mois.
      J’attends toujours la réponse.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Oncle Francois : je partage mon expérience ! le 24 septembre 2009 à  13:10 :

        S’agirait-il d’une forme de racisme par rapport à nos amis belges ? Il me semble pourtant que DBD soit diffusé en Belgique par un diffuseur. Si des abonnés ne recoivent pas des numéros, il est normal qu’ils obtiennent une compensation. Moi-même, j’ai parfois été abonné pour certains titres (revues specialisées, disait-on...) difficiles à trouver en kiosque/maison de la presse de province. Le transport de revues n’est pas chose facile pour la poste : il y a les dégats, les vols dans les centres de tri ou les boites à lettres, les erreurs de distribution. Mais je peux vous dire qu’il me suffisait de passer un coup de fil au service Abonnement pour qu’on me renvoie à toute allure le numéro manquant ! Et oui !! C’est ainsi qu’on fidélise le lecteur !!

        Répondre à ce message