Le télescope - Par Van Hamme & Paul Teng - Casterman

14 décembre 2009 2 commentaires
  • Van Hamme est de retour chez Casterman après Le grand pouvoir du Chninkel, avec Le Télescope, une fable en milieu sexagénaire, où l'argent, comme souvent chez le créateur de XIII, joue un rôle central. Les habitués du style Van Hamme, [sacré à Reims cet hiver->http://www.actuabd.com/Jean-Van-Hamme-sacre-a-Reims], ne seront pas dépaysés. Pour les surprises, il faudra repasser...

Soit une bande de cinq postulants à la retraite vivant médiocrement la prochaine attribution de leur carte vermeil. Soit un patron cynique, et enfin une prostituée de luxe habituée à la grande vie. Un concours de circonstances va faire se rapprocher le club des cinq et la travailleuse du sexe. Leur objectif : voler dans les plumes du PDG riche et corrupteur.

Voilà un Van Hamme bien égrillard à la barre de ce one shot malin, plaisant, mais loin d’être inoubliable. Sa longue pagination donne au scénariste l’occasion de réciter ses classiques : longues scènes d’explications des rouages du monde économique, rebondissements feuilletonesques à foison, et personnages dessinés avec précision.

Outre le manque de crédibilité de la bande d’amis (la sociologie se trompe rarement) et l’invraisemblance du scénario, cette partie de poker entre des papys tout d’un coup très malins et le gros méchant boss ronronne gentiment jusqu’à un dénouement carrément facile.

Heureusement, le dessin bien charpenté de Paul Teng donne au récit une patte proche de Griffo, gage de qualité.

Un album indubitablement efficace, tout autant que mineur.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Alors là... on se croirait franchement projeté dans le rêve éveillé d’un vieux scénariste obsédé...
    Le rythme n’est pas déplaisant (bon, en même temps, ce n’est pas son premier scénario...), mais une histoire peu crédible, des personnages peu intéressants, et un ensemble vraiment pas très original.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 17 février 2010 à  18:59 :

      Vous savez, quand on est millionnaire en euros, grâce à une oeuvre plébiscitée par le public, il n’y a aucune raison d’être un frustré obsédé sexuel. De plus, soixante deux ans est un âge tout à fait convenable, je comprends fort bien que Monsieur Van Hamme prefère s’amuser en faisant plaisir à son public. Un travail intellectuel et artistique comme l’écriture permet au cerveau de ne pas se scléroser. Dans le Télescope, JVH échappe à ses schémas habituels (thriller politico financier, aventures à rebondissements permanents) pour livrer une oeuvre presque intimiste, pleine d’émotion et de charme. Et vous voudriez l’en blâmer ? Vous n’avez qu’à relire la série complète des XIII et des Largo Winch si vous n’aimez pas sortir de vos petits sentiers battus...

      Répondre à ce message