André Geerts ou la nostalgie de l’enfance

12 août 2010 par Henri Armagnat
  • Il y a bien des années de cela, je lisais les Chroniques vénusiennes dans Spirou, et cela me fascinait.
    Il y avait une telle vie dans ces petits dessins apparemment tout simples.
    Ensuite, j’ai perdu Spirou de vue, je ne savais plus trop ce qui s’y passait, et puis je suis tombé sur une histoire de Jojo, et j’ai adoré.
    C’était comme si Sempé et Franquin travaillaient ensemble.
    Curieusement, je n’ai pas fait le rapprochement avec les Chroniques vénusiennes, je ne l’ai fait que plus tard.
    Alors, on peut dire que Geerts m’aura conquis deux fois.
    La seule chose qui me console, c’est de n’avoir pas (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.