La tragédie de L’Association – Acte I

11 février 2011 par xavier lowenthal
  • merci de cette précision.
    en effet, cher anonyme, nombreux sont les éditeurs qui n’en vivent pas.
    seuls les grosses maisons sont capables de générer le cash-flow nécessaire à la rémunération de leurs éditeurs, directeurs, graphistes, attachés de presse, directeurs commerciaux, manutentionnaires, secrétaires, auteurs... c’est qu’il en faut beaucoup, beaucoup, du cash-flow, pour payer tout ça et les infrastructures.
    les petits éditeurs en france payent quelques permanents grâce aux aides régionales (puisque monsieur sarkosy a d’un trait de plume supprimé les emplois-jeunes qu’ils employaient jadis). les (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.