Dimitri Kennes (Mad Fabrik) : « Le marché de la BD tient sur trois ou quatre groupes qui décident de son fonctionnement et de ses règles »

27 avril 2011 par Bakounine
  • Les petits sont souvent pires que les gros et ne rêvent que de grossir. Mais les préjugés ont la vie longue et il y a une forme de snobisme à penser que les petits seraient tellement plus là pour faire de l’Art et les gros s’engraisser avec des choses bassement commerciales. De la posture, du discours, du cynisme et de la démagogie qui souvent s’ignorent. Les petits qui ne payent pas sous prétexte qu’ils n’ont pas d’argent sont encore moins marxistes que les gros puisqu’ils considèrent que tout travail ne mérite pas (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.