Goscinny, le génie prématurément disparu :

24 septembre 2012 par Michel Grant de Montréal
  • Bonjour oncle François,
    La mort des quatre authentiques Dalton dès la première histoire a été au contraire une très bonne chose. Les lecteurs n’ont pas eu le temps de s’attacher à eux ou d’identifier le dessin à cette première mouture.
    Bien que de nombreux gags soient très réussis, la personnalité un peu uniforme de ce quatuor en limitait la parodie.
    Leur véritable force était dans la forme graphique, habilement récupérée par la création de cousins que Goscinny a brillamment pourvu des « qualités » que l’on connait.
    Bref, sans leur mort, point de Joe ni d’Averell (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.
Newsletter ActuaBD