De "Mon Camarade" à "Pif Gadget", l’histoire mouvementée des publications communistes pour la jeunesse

9 octobre 2012
  • C’est totalement faux. Il y eu trop peu d’albums et rien de construit sur ce formidable potentiel (séries et auteurs). Pif aurait pu devenir le plus grand éditeur de BD. Mais le PC le saignait à blanc systématiquement. à la relance récente de de Pif, le PC a continué ses ponctions et a fait encore couler le magazine. Renseignez-vous ; c’est facile ! De plus, il régnait chez PIF, un climat de terreur (demandez aux anciens qui sont encore de ce monde). Arnal traitait chacun de ses collaborateurs comme un (Pif le) chien. Cézard par exemple a énormément souffert, suant sang et eau ... Lui qui est reconnu (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.