Marché de la BD 2012 : les vraies raisons d’un marasme

31 décembre 2012 par Didier Pasamonik (L’Agence BD)
  • Quand entre 2000 et 2012 le marché de la nouveauté en bande dessinée passe d’une offre de 1000 titres à 4000 titres sans que le chiffre global de vente n’augmente pas (il parait même qu’il diminue) et que le chiffre d’affaire global ne fait que suivre l’inflation, c’est que la rentabilité par titre est en moyenne divisée par 4 ! Il y a donc bel et bien un crise. Il faut appeler un chat, un chat.
    Je ne suis pas d’accord. C’est une mauvaise arithmétique.
    Car l’essentiel de l’offre est le fait d’une part de traductions (plus de 54% de l’offre) qui ne supportent pas de coût de développement (pas d’à-valoir (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.