Auteurs et éditeurs s’entendent sur un nouveau contrat d’édition à l’ère du numérique

26 mars 2013 par Laurent Colonnier
  • Si l’auteur ne touche pas au minimum 50% du prix de vente public ttc sur son livre numérique, il y a arnaque. Pas 50% de ce que reçoit l’éditeur une fois que les plateformes se sont goinfrées (ce qui ne ferait que 15 à 17%, soit une misère), mais bien 50% du prix de vente public. Et ce dès la première vente, pas à partir de la cinquantième pour (soit-disant) amortir les frais de conversion en version numérique.
    Je dis 50% comme minimum, mais en réalité l’auteur ou les auteurs pourraient parfaitement toucher 75 ou 80% du prix de vente, ça resterait rentable pour les plateformes si elles faisaient leur (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.