Hôtel particulier - Par Guillaume Sorel - Ed. Casterman

  • Un album qui s’ouvre par un suicide, c’est plombant. Et pourtant, Guillaume Sorel transforme cette funeste entrée en matière en une fable poétique et apaisée.
    Qu’est-ce qui peut bien pousser au suicide une femme ravissante ? L’amour bien sûr. Qu’est-ce qui est libre comme l’air et qui peut sauter de toit en toit, s’immiscer dans les maisons, assister jusqu’aux scènes les plus intimes ? Un chat.
    C’est ce dialogue entre l’âme en peine d’une jeune suicidée et d’un chat de gouttière qui permet à Guillaume (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.