"Moi, assassin", "Love in Vain"... Vertiges du noir

21 octobre 2014 par Didier Pasamonik (L’Agence BD)
  • Deux chefs-d’œuvre du noir viennent de sortir simultanément en librairie. Le premier évoque la couleur de la mort, le meurtre ; le second s’habille de chic et d’élégance, évoque la touche noire du clavier, en harmonie avec ses complices blanches.
    Chez les latins, on distinguait deux sortes de noirs : le "niger", qui a donné le mot "noir", et qui désignait le noir brillant et l’"ater", qui a donné le mot "atrabile", la "bile noire", le noir mat. Ces définitions expliquent peut-être les grands courants (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.