"Moi, assassin", "Love in Vain"... Vertiges du noir

24 octobre 2014
  • Si l’on prend comme étalon de mesure "White collar" de Giacommo Patri ou "Mauss" de Spiegelman comme chefs d’oeuvre, , il faut être plus humble en parlant de chefs d’oeuvre. C’est un peu léger. Je le dis car c’est comme cela que l’ on dévalue toute la bd et qu’on la tire vers le bas.
    Ce sont des ouvrage graphiquement intéressants mais de là, à les appeler des chefs d’oeuvre... Vous n’êtes pas marseillais par hasard ?

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.