Angoulême 2016 : Désormais la sélection officielle ne représente plus la bande dessinée francophone.

5 janvier 2016 par Gerald Auclin
  • "Didier Pasamonik nous expliquait [...] : « La publication des bandes dessinées étrangères [...] [est] un autre exemple [d’une production à] coût de développement réduit, source de marge. Il suffit d’acheter une licence, de concéder un à-valoir calibré sur le tirage initial, et l’affaire est faite, roulez jeunesse ! Pas d’auteur à financer en amont, pas de frais de développement en dehors d’une traduction et d’un lettrage "
    Merci, j’ai bien ri.

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.