Le Prix Artémisia de la bande dessinée féminine fait la leçon au Festival d’Angoulême

11 janvier 2016
  • "...ce qui me gêne dans les propos de Florence Cestac, ce n’est pas qu’elle me traite de crétin, mais c’est qu’elle dise que le festival n’a plus rien de culturel. C’est insultant pour les festivaliers, dessinateurs et éditeurs et dommageable pour le festival à l’international."
    Je ne me sens pas insulté par Florence Cestac mais par la suffisance de Monsieur Bondoux, oui !
    François Bondoux se croit indispensable à la Bande Dessinée et en plus, à l’échelle internationale.
    Le FIBD n’est qu’un salon, une entreprise commerciale. Rien de plus. Ce n’est ni Jérusalem, ni Rome, ni Le Caire. S’il disparaît, la (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.