Angoulême 2018 : Une sélection qui favorise les petits labels

2 décembre 2017 par Aïe Pepito !
  • C’est vraiment la prime aux exploiteurs du coup, ces petits labels ne payent jamais la création, quand il y a des avances sur droits, elles sont minimes, jamais à la hauteur du travail fourni. Avec ce principe d’édition à moindre frais, ces petits labels sont une part non négligeable de la surproduction, et une des principales causes de l’appauvrissement des auteurs en tirant tout ça par le bas et en laissant penser qu’il est normal de ne pas payer la création, donc les auteurs. Quand on sait que la plupart de ces labels ont été créés par des auteurs qui ne trouvaient pas d’éditeur, on en tirera les (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.