DIDIER PASAMONIK - Lettre ouverte aux bigots de Gaston Lagaffe

9 avril 2018 par Didier Pasamonik (L’Agence BD)
  • Suprême, c’est beaucoup dire. Il a accepté que le film soit fait quand même, même s’il croyait que cela donnerait un mauvais résultat, ce qui fut le cas (mais Isabelle Franquin l’a trouvé mieux que ce film-ci, apparemment). Je pense qu’aujourd’hui il aurait eu le même pessimisme mais que, le numérique aidant, il aurait eu plus de curiosité, il se serait peut-être même investi dans le projet.
    Le hiéroglyphe contre le démotique.
    Inutile de faire parler Franquin à sa place. Ma position est très claire : ces usages dérivés de la BD contribuent à sa diffusion, voire à sa pérennité. On reproche peut-être aussi (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.