Cinq raisons pour attribuer le Grand Prix d’Angoulême à Grzegorz Rosinski

8 janvier 2019 par Didier Pasamonik (L’Agence BD)
  • Cette règle de "l’auteur complet" est une aberration. Comme si le dessinateur n’était pas partie prenante dans le storytelling ! D’ailleurs, y-a-t’il un règlement qui le stipule ? Bien sûr que Rosinski a écrit lui-même des histoires, mais c’était en polonais. Et à ce titre, on écarte un Albert Uderzo et un René Goscinny. Débile. Il est temps que cela change. Vous avez aussi oublié Munoz, indissociable de Sampayo.

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.