Postures et impostures du roman graphique (2/2)

1er juillet 2019 par Didier Pasamonik (L’Agence BD)
  • Le premier volet de notre enquête avait principalement tourné autour de la définition du roman graphique, rappelant tout ce qu’il avait d’opportuniste dans la démarché commerciale. Mais en même temps, si le mot a été important pour sa reconnaissance, l’objet, en ce qu’il portait d’ambition, de rayonnement, dans le fait qu’il ait été pendant presque quatre décennies le vecteur privilégié des discours mémoriels lui a permis de se créer un statut à part aujourd’hui reconnu par un large public.
    Mais Benoît (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.
Newsletter ActuaBD