"Déraillement" de Benoit Carbonnel (Vide Cocagne) : une ligne dense pour un univers oppressant

7 août 2019 par Frédéric HOJLO
  • Un chômeur reçoit un jour une offre pour un voyage - découverte en train, n’ayant pas eu la chance d’être tiré au sort pour un emploi. Mais le déraillement de son convoi le fait passer d’un monde déjà chaotique à un autre totalement absurde, fantaisiste, loufoque et inquiétant. Les deux sont dessinés d’un trait dense par Benoit Carbonnel, qui laisse s’exprimer un imaginaire débridé.
    Au fond d’un appartement miteux d’une tour aussi haute que triste, un canard se languit. Il est au chômage, tue le temps comme (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.