Michel-Édouard Leclerc : « Dans les années 1990, nous avions du mal à obtenir les livres de la part des éditeurs et même de bonnes conditions d’achat ! »

14 janvier 2020
  • Le plus drôle la dedans c’est que l’on trouve les même produits et conseils de lecture chez Edouard que chez les pinpins de libraires.
    Tu dit ça à ces videurs de cartons et vendeurs de papier au kilos, ils sautent au plafond en éructant ; on ne fait pas le même métier.
    Les même qui rechignent à payer les auteurs pour les dédicaces et qui profitent des fonds publics pour que l’on achète via les bibliothèques leurs marchandises.

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.