taxer l’occasion, et puis quoi encore ?!?!

15 avril 2020
  • Au nom qu’un livre lu d’occasion ou neuf est le même livre lu. Ce n’est pas l’objet qu’on achète mais le droit de le lire. Ainsi, son auteur devrait toucher son droit comme pour un livre neuf. La comparaison avec une voiture d’occasion ne tient pas, un livre n’est pas seulement un objet. Si je lis Les Misérables de Hugo, je peux être marqué à vie par des idées, une manière de penser. L’influence d’une œuvre n’est pas quantifiable matériellement. On ne paie jamais un livre à sa vraie valeur. Voilà pourquoi le droit d’auteur devrait exister aussi sur les livres d’occasion.
    Ça ne ferait pas fuir le lecteur (que (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.
Newsletter ActuaBD