David Merveille au pays de Jacques Tati chez Huberty-Breyne

29 juin 2020 par Philippe Wurm
  • D’accord.
    C’est plus finement défini.
    J’avais pris Charlot comme exemple car je le vois comme le représentant du cinéma muet dans son ensemble (même s’il a fait du parlant). Il y a aussi l’aspect silhouette qui est intéressant chez Charlot comme chez Hulot. La silhouette est une force immense pour l’acteur muet. Elle schématise la forme de l’acteur en lui donnant un contour qui le rapproche du dessin. David Merveille joue très bien avec les aspects de cette bidimensionnalité dans ses (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.