Le FIBD plaide pour la « préservation de l’écosystème de la chaîne du livre »

5 novembre 2020 par Max. Théo
  • 6000 publications et toujours le même genre de bds mis en avant au salon d’Angoulême, toujours le même dédain pour la bd "populaire", la même condescendance avec une large partie des autrices et auteurs qui font vivre "l’écosystème de la chaîne du livre". Ca pourrait faire sourire si la situation n’était pas aussi catastrophique. Cette bd "mainstream", c’est celle qui fait vivre une grande partie des éditeurs, celle qui finance la création de bd plus underground qui plait tant aux jurés de l’entre soi du salon et elle est maltraitée et snobée depuis de nombreuses années. Pas dans les bulles, évidemment, (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.
  • Du 15/12/2020 au 27/03/2021

    Pendant très longtemps, les travaux des dessinateurs africains ont été totalement ignorés en Europe. La bande dessinée africaine montre pourtant des signes incontestables de vitalité et les festivals sur le continent se multiplient pour participer au développement de ce secteur de création. Les auteur-e-s africains prennent petit à petit leur place dans le concert de la bande dessinée mondiale.

  • Du 15/12/2020 au 27/03/2021

    « Plaidoyer pour les histoires en forme de champ de blé et de flamme d'allumette soufrée », exposition avec Pablo Auladell, Edmond Baudoin, Olivier Bramanti, Andrea Bruno, Manuele Fior, Violaine Leroy, Dave McKean et Yao-Ching Tseng. Commissariat Frédéric Debomy, éditions PLG et bd BOUM. Dans le cadre de BD 2020.

  • Du 15/12/2020 au 27/03/2021

    « Science et conscience, les mondes d’Émile Bravo » en partenariat avec Historia bd. Commissariat Patrick Gaumer et bd BOUM