Les déshérités d’Hergé (2/2)

14 janvier 2008 par PPV
  • Vu de l’extérieur, je ne puis m’empécher de penser que Rodwell ne fait que récolter les fruits de ce qu’il a lui-même semé ! Sa férocité dans ses recours systématiques à des avocats pour régler des broutilles du genre les enseignes de Deligne et Carette tient davantage de la goujatterie que de la mégalomanie... Encore vu de l’extérieur, couper les ponts avec tous ceux qui ont fait de lui ce qu’il est (Peeters, Sterckx, Steeman - qui a vendu sa collection sans laquelle le Musée Hergé n’aurait jamais existé ! - et j’en passe) ressort de la sphère privée, dans le business les alliés sont parfois une notion (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.
Newsletter ActuaBD