πramide - Une enquête labyrinthique de Détective Rollmops (The Hoochie Coochie) en financement participatif

18 juin 2018 0 commentaire

Les premières enquêtes de Détective Rollmops, le personnage inventé par Renaud Farace et Olivier Philipponneau, datent d’il y a cinq ans. Dans un livre jeunesse, le premier édité par The Hoochie Coochie, il avait à résoudre une série d’énigmes, titillant surtout la sagacité du lecteur. Chacune de ses enquêtes se déroulait en fait dans un mini-récit impliquant une manipulation, un jeu, une réflexion ou une astuce.

πramide - Une enquête labyrinthique de Détective Rollmops (The Hoochie Coochie) en financement participatif
Détective Rollmops © Renaud Farace / Olivier Philipponneau / The Hoochie Coochie 2013

Relevant à la fois de la littérature jeunesse, de la bande dessinée, de l’exercice oulipien et oubapien, Détective Rollmops constituait aussi une histoire complète faisant la part belle à l’illustration. Ce livre d’un grand format avait d’ailleurs été remarqué et avait fait partie de la sélection jeunesse 2014 à Angoulême.

Renaud Farace au scénario et Olivier Philipponneau au dessin souhaitent donner une seconde vie à leur détective, toujours chez The Hoochie Coochie. Ils abandonnent cette fois-ci la forme du livre, mais ne renoncent pas à la narration et encore moins l’aspect ludique de leur création. Rollmops doit cette fois-ci entrer dans une "πramide", à la recherche du fameux π (Pi) dans l’espoir d’éviter une catastrophe mathématique.

L’objet - qui peut sans nul doute être qualifié de bande dessinée - est constitué de trente-six pièces triangulaires, qui sont autant de cases. Chacune s’ouvre vers une autre selon un code couleur permettant une multitude d’enchaînements, et donc d’histoires. Au lecteur de mener son enquête. Et de recommencer autant de fois qu’il le souhaite, dans un univers mêlant les références à l’Égypte ancienne et aux mathématiques.

Mais une telle bande dessinée coûte chère à façonner. Les cases, qu’il faut découper et imprimer en cinq couleurs, et la boîte triangulaire entraînent des coûts de fabrication difficiles à assumer pour une maison d’édition s’appuyant sur une structure associative et la bonne volonté de ses bénévoles. Les subsides publics n’étant pas forcément au rendez-vous, un appel à financement participatif s’est avéré nécessaire : le premier pour The Hoochie Coochie. Une démarche exceptionnelle pour cet éditeur, pour un projet sortant de l’ordinaire éditorial.

Ouvert jusqu’au 5 juillet prochain, ce financement doit permettre une parution dans la seconde quinzaine de septembre.

FH

Les visuels sont © Renaud Farace / Olivier Philipponneau / The Hoochie Coochie 2018.

Pour participer au financement : se rendre sur la page dédiée.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?