Et Paf un An de plus en pleine Figure – Par Jim - Soleil

1er mai 2009 8 commentaires

Et Paf un An de plus en pleine Figure – Par Jim - SoleilAprès avoir œuvré pour les éditions Vents d’Ouest, Jim poursuit depuis quelques années sa carrière d’humoriste grand public chez Soleil. Avec Et Paf, un an de plus en pleine figure, l’auteur, scénariste et dessinateur, s’attaque cette fois aux travers que provoquent pour tous la prise d’un âge certain, et plus particulièrement, le passage difficile des décennies.

Benji va avoir trente ans et sur 48 pages, on suit ses états d’âmes devant son âge “avancé“, et surtout devant son envie ou non d’une fête surprise. Comme à son habitude, Jim nous sert toute le panaché de clichés propres au genre. Une force, puisqu’à un moment ou à un autre, chaque lecteur se retrouve dans ses gags et en rit, mais aussi une faiblesse car ils provoquent rapidement une forme de lassitude devant son humour bateau.

Dans L’Arme fatale, l’inspecteur Murtaugh le répète à de multiples reprises :« J’ai passé l’âge de ces conneries ! ». Cela risque bien d’être votre cas à la lecture de l’album.

OW

Commander cet album sur Internet

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • Et Paf un An de plus en pleine Figure – Par Jim - Soleil
    1er mai 2009 15:20, par Grospatapouf

    Pourquoi vous posez-vous cette question de la lassitude possible du lecteur ? Ceci n’est pas un album destiné à être lu, mais à être offert, nuance !
    La couv’ est d’ailleurs un aveu 100% marketing, qui s’efforce de confondre le personnage principal de l’album (qui va fêter son anniversaire, donc) et le lecteur (qui donc d’après l’auteur - ou l’éditeur - se trouve dans la même situation) : titre "choc" en forme d’interpellation, dessins et dialogues à l’adresse du lecteur ("bon anniversaire, c’est à toi toutes ces rides ?") dans le plus pur style carte postale "humoristique".
    Voilà donc un nouveau concept prometteur pour le secteur : l’album carte postale.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Gill le 1er mai 2009 à  23:08 :

      "L’album carte postale" n’est vraiment pas une nouveauté !

      Cela fait belle lurette que les rayons des supermarchés nous en proposent : "prénoms", "zodiaque", "anniversaires" (guide de la soixantaine), en rapport au métier ou à la passion, etc ... C’est même JIM, je crois, qui a lancé "Je ne savais pas quoi t’offrir alors j’ai trouvé ça" (album format A3) !

      Répondre à ce message

      • Répondu par G le 2 mai 2009 à  09:42 :

        Vous avez raison, ce n’est pas nouveau et c’est à placer dans le rayon cartes marketées. Mais dans ce cas, je ne vois pas l’intérêt de chroniquer ce genre de chose ici.

        Répondre à ce message

        • Répondu par OW le 2 mai 2009 à  16:52 :

          Parce que contrairement à ce que l’on pourrait justement croire, tout n’est pas à jeter dans cet album, sortant d’une simple album “marketé“. C’est ce que j’ai essayé de souligner dans cette brève !

          Répondre à ce message

          • Répondu par Sergio Salma le 2 mai 2009 à  22:06 :

            Je vous trouve bien violents avec cet auteur ; et je dirais même violents avec un genre. Qu’il s’agisse de marketing ou de livre intime et essentiel, quelle drôle d’idée d’en arriver à de telles exagérations. Il y a de très mauvais livres personnels et de très bons livres plus légers. C’est uniquement là que devrait se situer le débat.
            Et je ne pense pas qu’il faille aller jusqu’à jeter quoi que ce soit. Vous exprimez envers un bouquin le même mépris que celui qui suintait des plus virulentes critiques à l’encontre de la bande dessinée en général.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Grospatapouf le 3 mai 2009 à  11:09 :

              Je ne vois pas en quoi c’est violent de parler de l’emballage marketé de cet album. C’est juste objectif, et c’est même l’objectif avoué de l’auteur et de l’éditeur. Le marketing n’est pas un genre. C’est une discipline du management d’entreprise.

              Répondre à ce message

              • Répondu par Sergio Salma le 4 mai 2009 à  13:53 :

                “J’ai passé l’âge de ces conneries”

                “humour bateau “

                “tout n’est pas à jeter…”

                si ça c’est pas violent !...

                Tout l’ambiguïté de la critique de bande dessinée est résumée là. Quand il s’agit d’un album d’humour , on écrit avec une acuité que je ne retrouve pas souvent concernant d’autres genres. Sont sous-jacents tous les malentendus habituels . On peut chroniquer avec ce gentil dédain (et par là même un vrai regard qui n’exclut pas une pointe de mauvaise foi) mais je suis choqué de ne pas retrouver cette acuité pour bon nombre d’autres livres que l’on peut aussi considérer comme du tout-venant.
                On tombe dans le piège cruel . C’est à prétention humoristique donc ça ne mérite que peu d’égards. C’est marketé. Ah bon ?! Ni plus ni moins que les centaines de titres asiatiques ou américains qui font la joie de nombreux fans. Ni plus ni moins que la plupart des ouvrages qui inspirent un respect quasi douteux et qui sont eux aussi réfléchis et mûris pour atteindre leur “coeur de cible”. Je suis choqué par cette différence de traitement des uns et des autres.

                Olivier Wurlod cite l’arme fatale. Exemple paradoxal quand on sait qu’il s’agit là d’un pur produit hollywoodien pourtant marketé jusqu’au moindre mouvement de cils .
                Les bandes dessinées “comiques” avec les gros nez et les gags font partie d’une tradition . Un livre comme celui-là découle tout naturellement de cette filiation. Lui faire un procès avec ces mots, c’est mine de rien abonder dans le sens des plus sévères critiques . Je suis très châtouilleux à ce sujet ; il n’est pas loin le temps où on lisait dans les magazines à propos de cette sous-littérature pour enfants attardés ”j’ai passé l’âge de ces conneries”.

                Répondre à ce message

  • c’est amusant comme sujet, amusant que ça fasse débat.

    Je suis l’auteur, je me permet donc de mettre mon grain de sable. Oui c’est un album léger, et oui je commence a avoir de vrais grandes envies (assouvies d’ailleurs quand je signe Tehy) a développer du Jim plus "profond", plus adulte. C’était amorcé avec le Petites Eclipses avec Fane, et je suis en pleins développements de différents projets dans ce sens. Dont deux très jolis (j’espère) vont éclore en début 2010.

    Et de temps en temps, un album comme vous dites "marketé", j’avoue : ça m’amuse, ça détend, et - cerise sur le gateau, n’ayant pas d’autre boulot que la bd - ça me permet de gagner un peu de sous, pour écrire et avancer d’autres projets.

    Merci de remarquer que tout léger que soit l’album, il n’est pas pour autant fait par dessus la jambe... Je le crois soigné au niveau dessin, couleur, et j’ose espéré qu’il y a quelques bonnes idées à l’intérieur... J’espere que ça se remarque malgré tout !

    La bise

    Jim

    Répondre à ce message