« Tintin au Congo » colonise aussi le débat en Suisse !

12 septembre 2009 9 commentaires

Le journal suisse 24 heures aborde « l’affaire Tintin Au Congo » dans son édition de ce matin. Le journaliste François Barras a interrogé Philippe Kenel, un représentant de la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme). Il est favorable à une introduction expliquant le contexte historique de la création de la BD d’Hergé. "Ce serait facile, poursuit-il, mais ni l’Etat belge ni la société Moulinsart, qui gère les droits d’Hergé, ne semblent pressés d’une telle initiative. Cela marquerait trop clairement la problématique autour de cette BD porteuse d’un fond raciste assez clair".

Une remarque pertinente à laquelle font face le curieux silence de Moulinsart et de Casterman à ce sujet.

NA

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
9 Messages :
  • « Tintin au Congo » colonise aussi le débat en Suisse !
    14 septembre 2009 08:14, par alain de kuyssche

    Contrairement à ce que vous affirmez, si Casterman adopte un dilence assourdissant, Moulinsart a réagi officiellement dès l’annonce du retrait de "Tintin au Congo" des rayons d’une bibliothèque publique de Brooklyn.
    Il est un peu cavalier de la part de la Licra de parler d’un fonds raciste dans l’album incriminé ! Il est très facile de démontrer le contraire. Nous vivons à une époque de confusion dans les termes et les idées. Le racisme, c’est très différent d’une attitude de type colonialiste, qui se trouve, en effet, dans "Tintgin au Congo", reflétant ainsi un état d’esprit général dans les pays coloniaux (et pas seulement en Belgique)dans la première moitié du 20ème siècle. Rappelons que, dès 1946, Hergé avait revu de fond en comble "Tintin au Congo" (version 1931), alors qu’en 1959, la littérature officielle belge parlait encore de "nègres", leur attribuant des caractéristiques dénigrantes. A consulter : "Géographie de la Belgique et du Congo" (édition de 1960, par M. Contreras) et le "Guide du Voyageur au Congo et au Ruanda Urundi", édité jusqu’en 1959 par l’office belge d’information sur le Congo.
    La pertinence d’un avertissement dans l’album "Tintin au Congo" reste à démontrer. A moins de le faire pour à peu près toute la littérature, depuis Dickens (violemment antisémite dans "Oliver Twist", par exemple), Balzac (ennemi de la République, dans "Les Chouans", entre autres) jusqu’à Aristote (grand défenseur de l’esclavage. Critiquer "Tintin au Congo" avec des critères de 2009, c’est bien - encore faut-il savoir de quoi l’on parle.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle François, amateur-expert en BD de qualité. le 15 septembre 2009 à  13:48 :

      Ah, nous avons là le rédac-chef de Spirou du temps du Trombone si ma mémoire est bonne, nous nous sommes entretenus de façon fort sympathique il y a quelques trente ans lors d’un salon BD à Clichy, prés de Paris, je ne sais si vous me remettez, nous étions tous deux trentenaires, ce qui ne nous rajeunit pas, et nous partagions tous deux la passion de la bonne BD. Gageons que comme le bon vin, nous nous sommes bonifiés avec l’age !!

      Cela étant dit, il est vrai que l’on ne peut se permettre de mettre des avertissements en préambule de toutes les oeuvres litigieuses, compte tenu du fait qu’elles ont été ecrites avant l’avènement du politiquement correct. Ce qui me semble gènant dans le cas de Tintin au Congo, c’est que cet album paraisse dans la même collection que d’autres aventures plus modernes. Quel rapport entre Coke en stock et Tintin au Congo ? A croire que les deux livres ont été écrits par deux auteurs différents !! Trente ans séparent pourtant la conception de ces deux ouvrages, et 15 ans seulement les deux versions couleurs Casterman. A méditer, sachant que je souhaite évidemment qu’une solution astucieuse soit trouvée, la pire étant l’interdiction totale.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Alex le 16 septembre 2009 à  23:28 :

        Quel rapport entre Coke en stock et Tintin au Congo ?

        Mr Pincemi -ou devrais-je vous appeler dorénavant "François", vôtre bouche est d’or. Et le rapport ? Peut-être une certaine mise au point, ou une remise en question... La plupart des gens avec une once d’intelligence l’effectue dans leur vie...

        Répondre à ce message

        • Répondu par Oncle Francois : un tintinophile averti en vaut deux ! le 21 septembre 2009 à  13:06 :

          Oui bien sûr, Monsieur Rémy a évolué avec son époque. De plus, je pense qu’étant issu d’un milieu petit bourgeois bien pensant, baigné de scoutisme et d’ultracatholicisme, il ne fut longtemps que le reflet d’une presse de droite plutôt réactionnaire. N’oublions pas que sa première femme fut une employée du petit vingtième, et que c’est le funeste abbé Wattiez qui les maria !! Hergé s’ouvrit un peu l’esprit grace à la rencontre de Tchang, mais il ne faut pas oublier qu’à l’époque, les rares étudiants chinois en formation à Bruxelles étaient issus de milieux très aisés. Le Spectre d’Ottokar montre une conscience de l’effondrement des démocraties d’Europe centrale face au péril bordurien (à chaque fois je manque écrire "bordelien" !°)....mais l’Etoile mystérieuse (première version) témoigne de sombres clins d’oeil à l’occupant nazi. Suivront les tracasseries de la Libération, et il est vrai que les affaires de Hergé ont prospéré pendant cette période troublée : association avec Jacobs, mise en couleurs des premiers albums et continuation de la série. Les aventures de Tintin n’ont jamais manqué de papier pour être publiées...

          Je pense que Hergé a pris conscience un beau jour qu’il n’était pas au fond de lui ce qu’il paraissait être aux autres. Et que sa véritable personnalité a alors emergée.

          Répondre à ce message

    • Répondu par Grégoire Dastil le 15 septembre 2009 à  16:58 :

      Cher Monsieur De Kuyssche,

      Je serais curieux de savoir quel est le pourcentage d’enfants (voire d’adolescents) qui lise Charles Dickens, Balzac, Aristote en était non-accompagnés par leurs parents (ou même en étant accompagnés, tiens). Tandis que Tintin, est une œuvre tout public, pour la jeunesse. Souvent les parents laissent les albums de Tintin à disposition de leurs enfants, et ne les aident pas à les lire. Si l’enfant ne sait pas lire, il composera lui-même une histoire en regardant les images. Mais il faut tout du moins qu’une explication simple, lisible par des lecteurs de 9/10 ans, explique le contexte de création de certains albums de Tintin. Ne croyez-vous pas que Tintin est plus lus, par la jeunesse, dans les marchés francophones (et peut-être dans le monde) que les œuvres de Dickens, Balzac et Aristote. Bien à vous,
      Grégoire Dastil

      Répondre à ce message

      • Répondu par Alex le 16 septembre 2009 à  23:46 :

        Cher Monsieur,

        Vous faites l’erreur typique patriarcale de considérer l’enfant comme une être malléable auquel il faudrait inculquer la "juste" éducation. Je ne sais si vous êtes parent mais laissez-moi partager avec vous cette expérience... Père de famille moi-même, mon enfant -aujourd’hui 15 ans- a toujours pu fouillé dans ma bibliothèque. Il est tout à fait hilare devant mes albums de "Tintin au Congo" ou "Tintin chez les Soviets". Je n’ai eu aucun besoin malgré tout de remettre ces ouvrages dans leur contexte. Mon dieu, un enfant serait-il intelligent ??? Temps pour vous aussi de respecter ces enfants. Ces tentatives de procès en cours me semblent une insulte à l’intelligence.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Flocon le 18 septembre 2009 à  11:34 :

          Comment ?
          Il y a encore des enfants qui lisent ces vieilleries ?
          Ils lisent aussi la Semaine de Suzette et Bécassine ?
          Tintin c’est le moyen âge de la BD.
          Nos gosses lisent Spirou ou Kid Paddle mais plus ces vieux trucs démodés.
          De plus pourquoi ne pas aussi mettre un avertissement pour tintin au pays des soviets car Anticommuniste ou Tintin en Amérique car Prohibitionniste etc...

          Oublions ces vieux trucs et passons à autre choses

          Répondre à ce message

          • Répondu par micor le 26 février 2010 à  20:50 :

            Eh oui il y a des jeunes qui lisent Tintin ,on trouve même des adultes qui vont dans les musées et regardent des tableaux de Raphael ou de Monet

            Répondre à ce message

  • « Tintin au Congo » colonise aussi le débat en Suisse !
    4 mai 2010 19:39, par dupond et dupont

    a votre grd etonoment j’ai 32 ans g la collec complet de tintin mais aussi buck danny, rahan, XIII et largo winch ces 2 derniers on fait un tabac au cine recament et il sont nait avant moi et tous on vecu un moment dans leurs aventures des choses qui peuvent paraitre offusquant pour les uns ou les autres alors on fait quoi on retir toutes les BD

    Répondre à ce message