un peu du Kaboul de Nicolas Wild sur Canal +

16 février 2012 4 commentaires

Souvenez-vous : un dessinateur envoyé en coopération à Kaboul, Afghanistan, racontait ses aventures dans Kaboul Disco.

Deux volumes entre reportage et chronique satirique, univers suffisamment marquant pour laisser des traces en chaque lecteur.

Avec le Kaboul Kitchen de Allan Mauduit, Jean-Patrick Bénès et Frédéric Berthe, on n’en sera pas très loin.

Si le héros n’est pas graphiste mais restaurateur, la galerie de personnages emmenée par Gilbert Melki fait agréablement écho à Kaboul disco. Et comme le petit monde des expatriés est toujours aussi petit, cette "Kaboul Kitchen" n’est autre que "La joie de vivre", le rendez-vous culinaire incontournable.

De quoi recommander chaudement cette série de 12 épisodes aux heureux abonnés....

DT

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • un peu du Kaboul de Nicolas Wild sur Canal +
    16 février 2012 16:20, par Patrick

    Je crois que c’est une adaptation de la BD, il me semble bien (sinon il y a plagiat, Shampooing peut attaquer, ils gagnent facilement).

    Répondre à ce message

    • Répondu le 16 février 2012 à  22:55 :

      Shampooing peut attaquer, mais ça aurait plus de sens que ce soit la boite à bulles qui le fasse...

      Répondre à ce message

    • Répondu le 16 février 2012 à  23:30 :

      "kaboul disco" c’est oas chez shampooing.

      Répondre à ce message

    • Répondu le 23 février 2012 à  00:04 :

      Quitte à citer Allan Mauduit, Jean-Patrick Bénès et Frédéric Berthe, autant citer le scénariste Marc Victor, à l’origine de l’idée. C’est le journaliste qui a créé le restaurant l’Atmosphère (le vrai Kaboul Kitchen, avant qu’il ne devienne un scénario), où Nicolas Wild a passé ses journées à observer et dessiner la faune locale. Les deux projets parlant du même environnement au même moment, rien d’étonnant à retrouver des échos de l’un dans l’autre. Pas vraiment de quoi hurler au plagiat à mon avis (on sort bien 50 films par an qui se passent à New York).

      Répondre à ce message