« Ah ben mosus de tabarnouche » ! Un Tintin québécois !

3 décembre 2008 2 commentaires

Après avoir été adaptées pour de nombreuses langues régionales, dont différentes variantes dialectales du français (vosgien, wallon, bruxellois, picard, provençal et gaumais, pour n’en nommer que quelques unes), les aventures du reporter du Petit Vingtième seront également « traduite » en québécois. C’est ce qu’ont annoncé les éditions Casterman, à l’occasion du tout dernier Salon du livre de Montréal. En effet, Étienne Pollet, éditeur des collections Hergé, a confié au quotidien montréalais Le Devoir que l’éditeur tournaisien souhaite publier « une adaptation faite pour les Québécois et par des Québécois. »

Pour l’instant, il s’agit d’une expérience touchant uniquement le dix-neuvième tome, Coke en stock. Le sociologue et tintinologue Yves Laberge, professeur honoraire de philosophie à l’Université Laval (Québec), travaille présentement sur ce projet, dont le titre provisoire est Coloc en stock. Le tout devrait paraître d’ici 2010.

La parution de cet album a soulevé plusieurs questionnements dans la belle province et certains ne peuvent s’empêcher d’y voir une entreprise toute commerciale. Cependant, Yves Laberge demeure très enthousiaste et soutient qu’il s’agit simplement d’un clin d’œil à des cousins francophones. D’autres, comme Michel Rabagliati (Paul, La Pastèque), se montrent un peu plus sceptiques quant à l’image linguistique du Québec et à l’intégrité des Aventures de Tintin et Milou. Malgré tout, une chose reste certaine : les jurons du capitaine Haddock risquent de prendre une toute nouvelle couleur.

MSJ

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :