Aurélia Aurita revient sur le "buzz" de "Fraise et Chocolat"

23 juin 2009 4 commentaires Actualité
Aurélia Aurita revient sur le "buzz" de "Fraise et Chocolat"
Buzz-Moi
à paraître en août aux Impressions Nouvelles

Retour sur le tourbillon médiatique qu’avait crée Fraise et Chocolat, deuxième ouvrage d’Aurélia Aurita, la muse de Frédéric Boilet. La jeune auteure publiera fin août Buzz-Moi aux Impressions Nouvelles. Cette bande dessinée racontera comment Aurita vécut cette période faste de sa carrière.

MDS

Lire quelques pages sur le site de l’éditeur

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Je ne suis pas sûr qu’Aurélia Aurita soit la muse de quiconque. Elle est elle-même créatrice ; ou alors Frédéric Boilet pourrait être lui aussi en quelque sorte la muse de Aurita. Si vous pouviez arrêter avec ces expressions antédiluviennes ce serait sympa merci. Vous pouvez parler de compagne ou d’épouse ( on ne sait pas où ils en sont et ce ne sont pas nos affaires). Muse et égérie, deux termes issus de la mythologie utilisés à tort et à travers par ceux qui veulent absolument faire passer des informations sur les personnes mais qui sans le vouloir peuvent vexer terriblement. Moi en tout cas, en tant que lecteur , cette expression réductrice me choque.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 23 juin 2009 à  15:03 :

      En l’occurrence, dire qu’Aurélia Aurita est la muse de Frédéric Boilet est parfaitement adapté. Elle l’inspire et lui donne des impulsions à créer, ce n’est pas sale, ni réducteur, ni avilissant (pour l’un ou l’autre), je ne vois pas en quoi ils pourraient être vexé.

      Beaucoup de réalisateurs de films ont une actrice fétiche, souvent leur compagne, est-ce avilissant pour l’un ou l’autre ? Woody Allen aurait-ol réalisé les mêmes films sans Mia Farrow ? Aujourd’hui Scarlet Johanssen ?

      La femme de Dany est le modèle de Colombe Tiredaile et de la plupart de ses personnages féminins, n’est-ce pas sa muse ?

      Les exemples dans l’histoire de l’art sont multiples, l’amour et la création sont ancestraux, pourquoi les renier.

      Et Chopin fut la muse de George Sand et vice-versa.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Morgan Di Salvia le 23 juin 2009 à  16:09 :

      D’accord sur le fait que l’expression "muse" est souvent galvaudé, mais dans ce cas précis, si on lit "Fraise et Chocolat", la relation amoureuse entre les deux auteurs a une très grande importance sur le contenu des bandes dessinées d’ Aurelia Aurita, c’est même le point central du récit.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Sergio Salma le 23 juin 2009 à  21:04 :

        Au temps pour moi ; j’ai peut-être réagi un peu trop épidermiquement. C’est la formule" Aurélia Aurita , la muse de..." qui m’a fait sursauter. Mais je n’en démords pas quant à l’utilisation abusive. On taxe de muses les personnes qui sont simplement dans l’entourage proche et on a vite fait de réduire la création à cette espèce de déambulation. On tombe vite dans le kitsch total ; j’imagine un peintre du dimanche qui regarde sa moitié alanguie sous la tonnelle ; le peintre avec son gros noeud papillon l’envisage, la dévisage et se dit" oui, je vais te peindre ma chérie" Et le voilà qui entame la quatre-vingtième croûte dont Germaine est le sujet.

        L’artiste a envie de créer avant d’être fiancé ou amoureux.
        Que ce soit pour des célébrités ou des personnes discrètes, il faudrait trouver un autre terme. Car on peut être assailli par l’inspiration devant un paysage, un livre, un enfant, un souvenir. Ou même sans avoir de point de départ, écrire ou créer avec la même vigueur.

        Je trouve justement que le rapport de Woody Allen à ses actrices est édifiant. Les personnes passent et son inspiration reste ; un film par an quoi qu’il se passe dans sa vie. Les pommes et les poires ont-elles été les muses de Cézanne ?

        Je préfère l’idée d’un mélange d’émotions. C’est parfois l’homme ou la femme qui inspire mais ce peut être aussi leur absence. Un chagrin ou un manque peuvent inspirer autant si pas plus qu’un amour accompli . Quant aux amours contrariées, évident qu’elles mettent leur coeur et l’esprit en éveil.

        Répondre à ce message