Dictionnaire illustré de la BD Belge (1945-1950)

13 mars 2016 0 commentaire

« Le présent ouvrage forme la suite du "Dictionnaire illustré de la bande dessinée belge sous l’occupation", sorti des presses en mars 2013 aux Editions André Versaille », explique l’auteur Frans Lambeau, dès la première page de cet ouvrage.

Pour ceux qui ne détiendraient pas le premier volume, sachez que le Dictionnaire illustré de la bande dessinée belge de la libération aux fifties (1945-1950) regroupe plusieurs centaines d’articles illustrés, et classés par ordre alphabétique. Le gros avantage de cet ouvrage est de répertorier les auteurs au même titre que les magazines, les séries, les albums ou voire encore les thématiques générales de la bande dessinée (le suicide des personnages, la Guerre froide, etc.). Le revers de la médaille réside dans l’aspect légèrement foutraque que revêt dès lors ce melting pot de sujets différents.

Dès que cette particularité assimilée, la lecture de cet ouvrage demeure des plus agréables ; on passe des incontournables de la bande dessinée (Morris, Tillieux, Franquin, Hergé, Charlier, Hubinon, Jijé, etc.) à quelques récits ou magazines plus confidentiels, mais qui ne manqueront d’éveiller de chaleureux souvenirs à ceux qui les ont connus ou déjà lus.

Dictionnaire illustré de la BD Belge (1945-1950)

Cette revisite en profondeur d’une période de l’histoire de la bande dessinée permet également d’évoquer quelques anecdotes intéressantes, et qui sont parfois oubliées. Comme cette courte série Masque Rouge réalisée par Vandersteen en 1947, avant qu’il n’en emprunte les principaux éléments pour réaliser Le Fantôme espagnol, l’humour en sus.

Ces trois cents pages proposent un beau voyage dans le temps, alors que la bande dessinée reprenait vie après la chape de l’Occupation.

CLD

Commander ce dictionnaire chez Amazon ou sur le site des éditions de la Province de Liège

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?