Grosse restructuration chez DC Comics, premier effet majeur du Coronavirus sur l’industrie des comics US.

12 août 2020 1 commentaire

USA. On l’apprend par Variety, le média US le plus au fait d’Hollywood que le groupe WarnerMedia (division de AT&T) restructure sec, ce qui signifie des licenciements, y compris dans sa filiale DC Comics, l’éditeur de Batman et de Superman.

Au plus haut niveau, des têtes sont tombées, et cette restructuration touche évidemment DC Comics, filiale de la Warner.

Variety donne en effet des précisions : certes, il y a restructuration mais le poids du DC Universe dans la Warner pourrait se trouver renforcé en raison de la montée en grade du directeur de la création de DC, Jim Lee, qui va être en charge du développement de l’univers DC dans tout le groupe, facteur de cohérence, avec comme mandat probable de rapprocher DC Universe des appuis fondamentaux du groupe comme HBO Max, service de SVOD de divertissement développé par WarnerMedia.

Mais la charrette cependant est cependant bien lourde : le rédacteur en chef Bob Harras, les rédacteurs Brian Cunningham et Mark Doyle, le vice-président senior de la stratégie de publication et des services Hank Kanalz, le vice-président du marketing Jonah Weiland et le vice-président du développement monde et de la stratégie numérique de DC Comics, Bobbie Chase, en font partie... C’est violent.

Ces choix stratégiques sont directement indexés sur les succès télévisés du groupe : Doom Patrol, Stargirl et surtout la série Harley Quinn de DC Universe. Jim Lee arrivera-t-il à faire repartir la machine ? C’est ce que pense les managers de la Warner qui misent donc sur les forces créatives de la « Distinguée Concurrence ».

DP

Grosse restructuration chez DC Comics, premier effet majeur du Coronavirus sur l'industrie des comics US.
La vénéneuse Harley Quinn
© DC Comics & WarnerMedia

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :