Joann Sfar condamne les règles ubuesques des réseaux sociaux

10 août 2021 Actualité Commenter
✏️ Joann Sfar 🛒 Acheter

MOTS-CLÉS. Dans un récent message sur son compte Facebook, Joann Sfar s’insurge contre la modération de Facebook et Instagram, dont les règles de censure pour bannir l’antisémitisme se montrent très peu convaincantes.

Joann Sfar fustige la modération des deux géants de la communication, qui tentent vainement de bannir les appels à la haine mais laissent passer le mot-clé « #qui », à travers lequel des membres du site désignent de façon bien peu subtile des cibles juives à attaquer. On le retrouvait d’ailleurs écrit il y a quelques temps sur une pancarte d’une manifestante d’extrême droite lors d’une marche anti-vaccination.

Joann Sfar condamne les règles ubuesques des réseaux sociaux
La LICRA (Ligue contre le Racisme et l’Antisémitisme) explique comment les antisémites détournent les accusations de racisme en remplaçant le hashtag "juif" par "#Qui ?"

Supposés faire le ménage sur leur plateforme, les modérateurs de Facebook et Instagram préfèrent s’en prendre au dessin de Sfar lui-même qui, parce qu’il satirise la manifestante tenant une pancarte "Sales juifs, nous ne sommes pas antisémites", ne respecterait pas les « Standards de la communauté concernant les discours haineux ». Pendant ce temps, un internaute, sous une publication d’un site d’archives à propos d’Hitler, qualifiait ce dernier de « héros », et s’opposait aux « pro-juiffistes » [1]. Malgré une demande de ban, Twitter n’a pas bronché.

P.S. : voici comment Joann Sfar a réagi à la suite de la suppression de son dessin satirique :

AD

[1Source : capture d’écran partagée par @Pierre_Krause (Bibalice).

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.


🛒 Acheter

Code EAN :

A lire aussi sur ActuaBD :

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Joann Sfar condamne les règles ubuesques de Twitter
    10 août 2021 15:04, par Jacques

    Et combien aussi de forums puants où pour ne pas écrire arabe, magrébins ou musulmans (et se faire retoquer) les fachos utilisent "suédois" ? Et ce "qui" vient du général (à la retraite) de l’armée française Dominique Delawarde (un des signataires de la tribune dans Valeurs actuelles) qui ne voulait pas dire le mot juif et disait "la communauté".

    Ne laissons rien passer !

    Répondre à ce message