L’Espion du Jour J T.1 : La Cavale ! - Par Leterreux & Eho - IdéesPlus Editions

12 décembre 2020 8 commentaires Albums
🛒 Acheter

NORMANDIE, 1940. La Résistance s’organise entre Français téméraires et Anglais infiltrés. Greg en fait partie, au service de Churchill. Prêt à tout pour lutter contre le pouvoir allemand, il multiplie les actions, arme en mains. Mais avec l’aide des collabos locaux, les nazis sont vite à ses trousses.

Inspiré d’une histoire vraie si l’on en croit l’éditeur, cette histoire prévue en trois tomes a le mérite de mettre en lumière des épisodes régionalistes. On navigue à Caen et alentours, avec une incursion à Honfleur et des épisodes à Paris. Pour le reste, l’intrigue très classique ne brille ni par ses dialogues ni par son dessin, souvent maladroit. Les cases immenses le rendent toutefois très lisible. Dommage pour cet éditeur de la région de Nîmes qu’on ait l’impression de retrouver la BD d’il y a 30 ans.

DT

Acheter cet album sur BD Fugue, FNAC, Amazon

L'Espion du Jour J T.1 : La Cavale ! - Par Leterreux & Eho - IdéesPlus Editions

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • Niveau graphique maladroit ? Mouais... on voit pire dans les roman-graphique.

    Répondre à ce message

  • C’est clairement du travail d’amateur.

    Répondre à ce message

    • Répondu par BéDéiste le 19 décembre 2020 à  16:37 :

      Pas plus que dans les romans-graphiques.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Toca le 19 décembre 2020 à  22:29 :

        Ca ne devrait pas être BéDéiste votre pseudo, mais passéiste.

        On se demande ce que vous appelez roman-graphique pour que ce soit pire que ça.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 20 décembre 2020 à  06:55 :

          Il a raison, toute cette école du "dessin déstructuré" (faussement raté pour faire genre) ne vaut pas triplette. C’est une mode, et comme toutes les modes, elle passera.

          Répondre à ce message

        • Répondu par BéDéiste le 20 décembre 2020 à  07:34 :

          Tout n’est pas parfait dans "L’espion du Jour" mais au moins, le dessinateur a voulu se donner du mal pour retranscrire l’ambiance de l’époque en se documentant. Le pire, c’est ceux qui décalquent des photos en y mettant des aplats noirs façon Vivès, sans tenir compte de quoi que ce soit, perspectives, proportions, c’est moche et bancal, ça n’est plus de la bd mais du mauvais roman-photo. Le passé n’est pas une tare mais un lègue pour l’avenir. On voit le résultat lorsque qu’une société oublie son passé.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Toca le 20 décembre 2020 à  13:09 :

            Figurez-vous que Vivès ne décalque pas de photos, il dessine d’imagination, de mémoire, de talent.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 20 décembre 2020 à  17:01 :

              Je le sais, d’ailleurs, Vivès gâche son talent. C’est un très bon dessinateur réaliste. Mais bon, puisqu’on le paye royalement pour faire n’importe quoi, pourquoi se donnerait-il du mal ? Le pire, c’est que cela entraine d’autres à le singer, en plus catastrophique.

              Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD