La BD européenne sous statut irlandais ?

1er avril 2021 2 commentaires

MESURES EUROPÉENNES EN FAVEUR DES AUTEURS. Devant l’apathie du gouvernement français face au statut des auteurs, la Commission Européenne, quant à elle, a décidé d’appliquer à tous les auteurs le statut fiscal irlandais et à imposer un tarif officiel pour les dédicaces. Des mesures unanimement (ou presque) saluées par la profession. Revue de détail.

Devant le piétinement du ministère de la culture en France et tout en souhaitant un bon rétablissement à Roselyne Bachelot (la ministre-pharmacienne de la culture étant à l’hôpital pour cause de Covid...) et face aux protestations des différentes représentations des auteurs français pour une meilleure reconnaissance de leur statut et une meilleure rémunération, c’est à la Commission européenne de prendre le relais. Il n’a pas échappé à la Bulgare Mariya Gabriel, commissaire européenne à l’éducation et la culture que souvent les auteurs de bandes dessinées sont à la tête des revendications. Aussi, a-t-elle décidé d’apporter une goutte d’huile dans les rouages. C’est par décret qu’une réglementation spécifique vient d’être mise en place pour une mise en application à partir du 1er juin prochain.

Première mesure : tous les auteurs européens auront le statut fiscal de l’Irlande où les auteurs sont exemptés de l’impôt. « Cela résout la question du statut, en même temps qu’elle permettra aux auteurs de cotiser plus facilement pour leur retraite » a-t-elle déclaré.

Deuxième mesure : toute dédicace dessinée qu’elle soit effectuée dans le cadre d’une rencontre en librairie ou en en événement public devra être rémunérée d’un minimum de 5,97 €, exempt d’impôt bien entendu.

La disposition est publiée ce jour au Journal officiel de l’Union Européenne, on attend les réactions, sans doute enthousiastes des auteurs. Celles des organisateurs de festivals seront sans doute plus fraîches.

Notamment ceux d’Angoulême, Blois ou Lyon dont les événements de juin sont -semblent-ils- maintenus et qui n’avaient probablement pas besoin d’un nouveau casse-tête administratif en ces temps de distanciation sociale.

De leur côté, Zep, Marini et Alan Moore ont décidé de demander la nationalité irlandaise. « Vive l’Europe !  » a déclaré Joann Sfar ! Du côté du Syndicat National de l’Édition, on réclame d’ores et déjà que le même statut soit appliqué aux éditeurs.

LM & DP

La BD européenne sous statut irlandais ?
Zep. Le suisse va-t-il devenir irlandais ?
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Quoi ? Il n’est pas frais mon poisson ? Et oui, beaucoup d’entre vous ont observé que nous étions le 1er avril, le jour des farces et chaque année, nos lecteurs le savent, nous produisons quelques poissons. Plusieurs de nos informations d’aujourd’hui avaient le fumet d’un hareng saur... Nous demandons aux victimes de ces plaisanteries de bien vouloir nous excuser. Idem pour les agences de presse et les chers collègues qui reprennent nos dépêches (à la ligne). La rédaction d’ACTUABD.com.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • La BD européenne sous statut irlandais ?
    1er avril 09:43, par Nick Tyler

    C’est une excellente nouvelle.
    Un de mes amis, qui est pêcheur en eau douce professionnel dans le Sud-Ouest (sur la rivière la Baïse), a opté pour ce statut fiscal, sans difficulté et avec grand bénéfice.
    Curieusement, il vend exactement au même prix que la dédicace le kilo de poisson.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Milles Sabords le 1er avril à  20:17 :

      En même temps, vu le régime fiscal de la Suisse, je vois mal Zep devenir Irlandais, sauf par amour pour la bonne bière !

      Répondre à ce message