La Guerre du retour contre attaque - Thierry Vivien - Jungle !

17 janvier 2012 12 commentaires

Tourner en dérision le cycle de la guerre des étoiles et ses six films, une idée qui permet de toucher plusieurs générations. Entre un premier film (le début du second cycle) en 1977 et l’arrivée en 3D de la menace fantôme au cinéma, l’univers de Lucas reste d’actualité.

Contrairement à l’épatant Naguère les étoiles d’Hervé Bourhis, Thierry Vivien choisit les gags en une ou deux images, et privilégie le trash : accidents de sabres lasers, déclinaisons salaces des relations entres les principaux personnages (le couple Yoda/Obi Wan notamment), allusions aux autres cycles SF (Star Trek...)... L’auteur cherche à faire mouche dans toutes les directions. Les clins d’œils se multiplient, les références également.

Tout cela n’est malheureusement pas très drôle. Le dessin expéditif, voire schématique, n’arrange rien. Et surtout, l’alternance quasi-automatique entre images graveleuses et membres malencontreusement découpés au sabre laser, thème de prédilection de l’auteur, s’avère vite pénible.
La Guerre du retour contre attaque - Thierry Vivien - Jungle !
DT

Commander ce livre chez Amazon
Commander ce livre à la FNAC

Voir en ligne : le blog de l’auteur (régulièrement actualisé)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
12 Messages :
  • Et sinon, du second degré, ça vous aidrait pas à comprendre ? ;)

    Répondre à ce message

  • Pour moi, fan inconditionnelle de Star Wars, j’ai eu plusieurs fou rires à lire cette BD, avec des situations que je n’aurai jamais imaginé et qui "désacralisent" des personnages peut-être trop puritains à la base :-D

    Répondre à ce message

    • Répondu par christophe le 18 janvier 2012 à  11:36 :

      Très curieux article.
      Le goût et les couleurs comme on dit...
      Je connaissais le blog et j’ai toujours trouvé ça très drôle.
      Peut-être que l’auteur de cet article sacralise un peu trop "star wars".

      Répondre à ce message

  • Critique assez vide de sens à mon goût. L’auteur tient un blog depuis des années, car c’est son plaisir, ce qui ressort de votre critique c’est une personne souhaitant toucher le plus de monde, ce qui est très loin d’être le cas à mon humble avis.

    Répondre à ce message

  • Yodablog tue, j’adore ce blog à lire et relire. L’auteur de cette critique a du louper un truc je pense...

    Répondre à ce message

  • Hé ben, tous les fans viennent à la rescousse !!!

    Répondre à ce message

    • Répondu par Yelle le 18 janvier 2012 à  22:03 :

      Personnellement, connaissant et l’auteur, et le blog, je me suis jetée sur l’édition papier dès sa sortie. fan inconditionnelle de Star Wars, j’ai énormément de mal à supporter la parodie, ce qui, et j’en ai été la première surprise, ne m’a pas dérangé ici : l’humour est omniprésent, des blagues salaces, certes, mais aussi des références de culture générale bien plus subtiles, et dans l’ensemble, cette BD donne un côté bien plus humain et attachant à des personnages qui, sinon, tenaient plus du mystère insondable... ou presque, et toujours manoeuvré par des sentiments et des passions très nobles (y compris dans la cruauté)... essayez donc, cher monsieur, de prendre ces gags avec légèreté et désacralisez donc votre inspiration Star Wars... tous les chefs-d’oeuvre ont leur critique et leur caricature, cela ne fait qu’accentuer la portée intergénérationnelle de ces films !

      Répondre à ce message

  • La Guerre du retour contre attaque - Thierry Vivien - Jungle !
    18 janvier 2012 22:40, par The*Dark*Side

    Critique pas très constructive...Tout comme la mienne j’entends. Cependant pour connaitre sur le bout des doigts l’ensemble des strips du site je trouve ça vraiment bien fait et surtout rempli de références cultes. Après faut-il encore connaître pour comprendre et surtout aimer le second degré :)

    Répondre à ce message

  • Pas d’accord du tout avec cette critique !

    Yod@ alterne certes entre mutilations au laser et sexe, mais aussi entre blagues au premier degré... et blagues beaucoup plus fine qu’il semblerait à quelqu’un qui ne fait que feuilleter l’album.

    Lorsqu’on lit le blog et qu’un dessin ne semble pas drôle, on s’y attarde un moment, on analyse les possibles, et paf ! on comprend finalement un gag qu’il a fallu chercher bien loin, mais qui récompense mille fois du petit effort nécessaire. Et comme ces perles se mêlent aux autres plus... frustres, il est encore plus plaisant de les découvrir. C’est ça, la magie Yod@ !

    Répondre à ce message

  • Peut-être qu’en effet, lire tous les gags d’une traite change considérablement la donne. Néanmoins, ce blog est parmi mes quelques préférés et c’est avec joie que découvre chaque nouveau poste de son auteur.

    Et c’est plus par solidarité, comme je le fais avec d’autres illustrateurs, que je vais, de ce pas, acheter son livre :)

    Répondre à ce message

  • Pour apporter une autre point de vue dans les commentaires pour le coup, je dois dire que je suis plutôt du même avis que l’auteur du billet, ou disons simplement que le Yodablog, que je viens de parcourir, ne m’a pas fait rire du tout. Au mieux ça m’a amusé sur quelques rares épisodes.

    On peut simplement ne pas aimer, ce n’est pas forcément un manque de second degré, de compréhension, de sacralisation (!). Je crois comprendre les allusions, qui ne me semblent pas du tout profondes (1 vanne sur 2 sur la taille de la tête de Ki-Adi Mundi...).
    En plus l’auteur du Yodablog ECRIT REGULIEREMENT EN MAJUSCULE C’EST TRES PENIBLE.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Yod@ le 25 janvier 2012 à  05:46 :

      Coucou, je suis l’auteur du bouquin.
      Et je comprends très bien que l’on puisse ne pas accrocher à mon style et ne pas apprécier mon humour qui, s’il n’est de mon point de vue ni vulgaire ni léger, n’en demeure pas moins particulier.
      J’aimerais toutefois apporter quelques précisions.
      Mon opuscule comprend 155 gags, dont certains ne sont effectivement pas des parangons en termes de finesse du premier coup d’œil. Ceci dit, il se trouve que les gags contenant une allusion aux "relations" entre les personnages y sont très minoritaires : ils sont au nombre de 13 (et je précise au passage que les "relations" entre Yoda et Obi Wan mises en avant par l’auteur du billet font l’objet de 2 dessins, ce qui peut paraître très récurrent si l’on considère l’ensemble des 192 pages que comporte le livre, je veux bien l’admettre).
      Pour ce qui concerne ensuite les "membres malencontreusement découpés au sabre laser", ils apparaissent, ô troublante et joyeuse coïncidence, 13 fois également.
      Entre les allusions "graveleuses" et ces histoires de membres, l’on en arrive donc péniblement à 26 gags sur 155. C’est une moyenne honorable, j’en conviens. Mais j’essaierai de faire mieux la prochaine fois, je pense en avoir le potentiel.
      Ah et je veux préciser enfin, afin de rassurer sans doute le lecteur égaré qui s’aventurerait jusqu’à mon petit commentaire, que l’image choisie par l’auteur de la critique pour l’illustrer date du mardi 19 août 2008 et qu’elle n’apparaît évidemment pas dans le bouquin.
      Tout ceci étant dit, je veux conclure en écrivant que je vous trouve plutôt injustes, mais que je vous aime bien quand même. Voilà.
      Ah et Quem, concernant les vannes sur la taille de la tête de Ki-Adi Mundi, je suis en revanche plutôt d’accord : elles sont trop nombreuses (12 vannes) et répétitives. C’est un excès que j’avais soupçonné, mais il n’est pas inutile de me le rappeler. MERCI, DONC. Ahahah :)

      Répondre à ce message