La bande dessinée, vecteur de revendication sociale

16 février 2009 2 commentaires

Au mois de janvier, la CGT a édité l’album Merci patron !. Avec comme sujet central l’impact des restructurations sur la santé morale des employés européens. Ce livre d’une soixantaine de pages est une première pour le monde syndical.

Mettant en scène cinq fictions possibles dans cinq pays européens (Bulgarie, Espagne, Grande-Bretagne, Hongrie et France) , cette initiative, soutenue par des fonds européens, a permis une véritable collaboration entre les différentes institutions des pays concernés. « Un évènement en soi » selon Jean-François Naton, membre de la direction générale de l’organisation française.

Mais l’envie première de cet album est de rappeler les conséquences violentes des restructurations sur les employés. À ce sujet, Gilles Seitz, médecin du travail, en avait rappelé quelques unes au Monde : « Dans les restructurations (réorganisations internes, délocalisations...), la santé des salariés n’est jamais prise en compte, alors qu’elles se traduisent par des suicides, des dépressions très graves, des divorces, atteignant aussi les familles des victimes (difficultés scolaires des enfants, etc). »

Pour réaliser ce projet, la CGT a fait appel à des professionnels du monde du neuvième art, dont Albert Drandov, un auteur engagé, qui avait déjà signé en 2005 l’album Amiante, chronique d’un crime social.

Disponible dans les cinq langues visitées dans l’album, 20.000 exemplaires ont été tirés, dont 10.000 pour la France.

OW

Vidéo de la CGT parlant et présentant le projet

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :