Leçon d’encrage par François Walthéry

25 juin 2020 0 commentaire

MAESTRO. Quand le souriant François Walthéry nous donne une leçon d’encrage, on prend ! Puisque nous n’en saurons jamais assez lorsqu’il s’agit de nourrir son “intelligence BD”, pour apprécier au plus près l’art de nos auteurs favoris. Chemin le plus court pour déterminer de son propre chef qui mérite attention et louanges, loin des injonctions et hiérarchies qui parfois s’imposent.

Dans cette vidéo nous retrouvons François Walthéry à sa table de travail, disposé à nous révéler les secrets de sa technique d’encrage, celle qui lui est propre, intérêt de la démarche. Ainsi, nous apprenons que l’affable maestro utilise une loupe depuis une cinquantaine d’années, ustensile peu commun qui lui permet de se concentrer sur les détails de ses cases, lui qui apprécie enrichir ses plans de nombreux éléments. ]

Leçon d'encrage par François Walthéry

Tout aussi intéressant, nous comprenons que l’artiste pose son encre sur une copie en bleu de son crayonné original, il a deux originaux donc : celui avec les crayonnés vient à point pour appréhender certaines finesses que le bleu, plus clair que la version au graphite, étouffe et atténue. Quand l’encrage est fait plusieurs semaines après les crayonnés, certaines intentions de départ peuvent être oubliées par le dessinateur.

Un superbe crayonné de "Chanson d’Avril", le prochain épisode de Natacha. La version encrée aura une vibration sensiblement différente, puisque subtilement redessinée, l’air de rien.

Nous voyons aussi comment l’auteur utilise sa documentation-photo, prise sur le vif, un atout supplémentaire pour la crédibilité de la mise en scène.

Walthéry encre à la plume, un modèle tout simple et basique, le talent et l’expérience font le reste et c’est sacrément beau, dynamique et vivant. Toutefois, un dessinateur très expérimenté peut se tromper. Une excellente occasion pour le créateur de Natacha de montrer comment il corrige une maladresse... par un simple coup de canif !

Entre deux anecdotes, il confesse faire d’affreuses grimaces en procédant à sa mise à l’encre. Le corps accompagne le geste, l’artiste est imprégné dans son œuvre, son récit. D’autant qu’il ne repasse pas son crayonné en bleu, il le redessine, probable meilleure manière de sortir du simple travail d’exécution pour garder intacts envie et sens créatif. Donc des grimaces quand un dessinateur utilise la plume ; celui qui utilise le pinceau tire-t-il la langue ?

Justement, dans une autre vidéo François Walthéry nous montre comment il se sert du pinceau, instrument qu’il réserve aux dessins de plus grand format, encore une- jolie leçon.

On comprend comment le geste se fait plus rapide et spontané dès qu’il s’agit d’encrer des éléments à la structure moins fermée, tels les cheveux ou les drapés, qui doivent garder vitalité et poids, tandis que le geste ralentit sur certains détails plus affirmés.

Il ressort de ces images que, de toute évidence, la méthode traditionnelle garde une personnalité dans le résultat final que peine à conserver l’outil numérique, utilisé plus couramment de nos jours, avec son rendu souvent plus froid et aseptisé.

L’intégrale numéro 6 des aventures de Natacha à paraître finalement en octobre 2020, sortie repoussée par la crise du Covid-19.

Au fil de la démonstration, Walthéry nous parle de l’autre grand créateur qui, comme lui, a amené l’école de Marcinelle, mise en exergue dans le Journal de Spirou, dans une autre dimension, dans le sillage de leurs glorieux aînés : Peyo, Will et Franquin. On parle bien sûr ici de Marc Wasterlain qui, avec son encrage plus libre, a ouvert des portes dans lesquelles d’autres artistes se sont engouffrés. Alors oui, les deux auteurs, qui ont œuvré de concert aux côtés de Peyo le dessinateur des Schtroumpfs, réfléchissent à une aventure en commun, un crossover entre Natacha et Jeannette Pointu.

Natacha et Jeannette Pointu, la reporter créée par Wasterlain. Une prochaine aventure en commun ?

Assurément, si le projet se concrétise, une rencontre au sommet entre les deux héroïnes de choc et deux auteurs, véritables maîtres du 9e Art.

PA

Voir en ligne : LA PAGE FACEBOOK DE FRANCOIS WALTHERY

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?